« Padamalgame »….


Amalgames

Mais, surtout, « padamalgame » !!!

Bien évidemment, « l’Islam modéré » n’a rien à voir avec l’horrible description synthétique que nous en fait Plantu. Il suffit d’écouter les prêches de Tariq Ramadan et les professions de foi de Edwy Plenel et de tant d’autres parmi les « idiots utiles » qui par calcul ou par naïveté favorisent la progression de l’Islam, par tous les orifices de notre société sourde et aveugle, enfermée dans un déni de réalité obstiné.

Peu à peu le « padamalgame »s’impose dans nos médias domestiqués, et dans une classe politique fascinée et partiellement corrompue par les dollars du Qatar et de l’Arabie saoudite.

Le site « Kabyle.com » publie, sous la plume de Lucien SA Oulahbib, un texte qui en dit long sur les moeurs de ceux pour qui le Coran et l’exemple de Mohamed sont « paroles divines ». « Egorger », imiter Mohamed est au coeur de l’Islam tel que le Coran l’enseigne.

Les « idiots utiles » ont décidé, pour ne pas choquer, d’éviter de parler d’égorgement, sans doute en raison de la signification bestiale de ce mot, et de n’évoquer que des « décapitations », un mot moins brutal, plus proche de nos moeurs, pas si lointaines, à l’époque où la furie révolutionnaire ensanglantait notre pays.

https://www.kabyle.com/revue-de-presse/egorger-imiter-mahomet-au-coeur-du-djihadisme-23779

Je cite:

« Plus les attentats et les assassinats s’intensifient en Irak, au Sri Lanka, en Afghanistan, allant toujours plus loin dans l’horreur, plus le voile d’un islam doux s’étant installé autrefois gentiment se déchire, (même si ici et là quelques populations ont pu espéré dans le changement d’oppresseur, du moins les premiers temps…); apparaît plutôt à la place une certaine ressemblance avec ce qui a du se passer à l’époque de Mahomet.

En effet, si l’on s’en tient par exemple à un abrégé de la biographie de Mahomet telle qu’elle a été définie par Ibn Hichâm (Fayard, 2004, traduction Wahib Atallah), -et que Louis Chagnon m’avait conseillé de lire parce que ce livre fut à la base de son cours incriminé- on peut y lire ceci (p. 232):

«Exécution des Banû Quraydha (Sîra, II, 58-60). Le Prophète recommanda à ses compagnons : «Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le » Ainsi, lorsque le Prophète l’emporta sur les juifs des Banû Quraydha, il prit près de quatre cents prisonniers et donna l’ordre de leur trancher la gorge».

Page 277, ( Sîra, II, 240-241) il est question de la même tribu, six cents à neuf cents hommes, qui cette fois fut égorgé par le Prophète lui-même :«(…) Il alla (…) sur la place du marché de Médine (…) et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés. (…) Ils étaient six cents à sept cents hommes. On dit huit cents et même neuf cents. (…) Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale».

On est loin du « aimez vous les uns les autres » … ( n.d.l.r). Suite de la citation :

« On le voit, Mahomet sème la terreur, il est d’ailleurs incroyable d’observer en quoi son aspect guerrier est souvent excusé («il a été attaqué donc il s’est défendu») alors qu’il fut en réalité le premier agresseur des Coreishites qui étaient les gardiens de la Ka’aba d’Abraham et de l’ancestrale Pierre Noire, objets de piété religieuse bien avant l’Islam au sein d’une société cosmopolite et tolérante puisque toutes les religions pouvaient avoir des représentations à la Ka’aba, il y avait même une statue de Marie.

« Les musulmans peuvent-ils rompre avec cette tradition d’imitation de Mahomet qui ne peut que mener à ce que l’on voit ces temps-ci (1) ? Rien n’est moins sûr, strictement, car personne ne peut reprocher aux dits « islamistes » de n’avoir pas bien lu « le Coran » puisqu’il ne s’agit pas de son interprétation mais de son application, ce qui est tout autre chose, et rien de tel en effet que d’imiter Mahomet à la lettre.

« Or, même à l’époque de l’Age d’Or, qu’il s’agisse de la première Andalousie, ou de l’époque faste de Bagdad, la qualité culturelle qui y existât ne dut son existence qu’à son caractère cosmopolite et libre, point du tout grâce à une « pureté islamique » (formelle en réalité, hypocrite), tout au contraire : lorsque celle-ci apparût elle ferma en effet les portes et enferma les esprits et les chairs.

« Certes, il peut être rétorqué que tôt ou tard ces temps d’Inquisition disparaîtront comme ils le firent en Europe ; sauf que cela n’en prend guère le chemin, bien au contraire, sans qu’on puisse l’expliquer par les effets négatifs d’un colonialisme qui a déjà bien quarante ans derrière lui et n’a pas apporté que des choses inavouables comme il est prétendu.

« Il y a donc quelque chose d’intrinsèque à l’Islam qui l’empêche de s’ouvrir à la réflexion rationnelle et poétique autonome, à savoir l’imitation de Mahomet, et l’adoration d’un livre qui est devenu paradoxalement une idole, un veau d’or, devant lequel l’on se soumet et ce pour ceux-là mêmes qui dénonçaient cette gestuelle chez les Juifs et les Chrétiens, répétant ainsi le proverbe ancestral : fais ce que je te dis mais ne fais pas ce que je fais; ou encore enlève la paille qui est dans ton oeil, même si j’ai une poutre dans le mien ; toutes choses qui font que l’Islam, loin d’être le prolongement du judaïsme et du christanisme, en est l’opposé, ce qui créé une option inédite, celle d’une totale disjonction entre eux, l’Islam choisissant une toute autre voie basée sur la soumission et la crainte, choses qui n’ ont jamais existé de façon uniforme et unilatérale chez les Juifs et les chrétiens pour qui Adam nomme les animaux et ne récite pas (Gen, II, 19), ce qui implique qu’il ait été fait libre, jusqu’à cueillir le fruit de la Connaissance de la différence entre le Bien et le Mal, cette Parabole, fondatrice, passe quasiment inaperçue dans le Coran (II, 35-36).

« Est-ce à dire, maintenant, que c’est cette séparation même qui fonda les destinées de plus en plus éloignées du judéo-christianisme d’un côté (et en passe de surmonter leur différend tout en gardant leur différence) et l’Islam de l’autre côté ? Il n’est guère possible de répondre par un oui simple tant d’autres facteurs entrent en ligne de compte, dont la ville, la nature humaine, les accidents de l’Histoire. Il est néanmoins admissible de constater en tout cas qu’un retour à une lecture littérale des actes mêmes qui fondent un discours se disant divin se prend automatiquement pour celui-ci et donc blasphème, tout en immobilisant dans la mort ce qui vit et donc change.

« C’est cette suprématie donnée à la mort qui est inhumaine puisque le propre de l’humain consiste à (se) transformer (dans) le monde, c’est sa liberté aujourd’hui de plus en plus reconnue alors que déjà ce message était présent dans le recueil Juif.

« C’est cette discussion théo-cosmo-psycho-logique qu’il faut aussi avoir, au lieu de seulement en appeler au « respect » ou à la lutte contre la »barbarie », car au nom de quoi, sinon de celui de la vie, humaine, pouvons-nous décider ce qui « est » barbare de ce qui ne l’est pas. Et discuter de ce qu’est la vie, humaine, voilà bien un propos qui s’éloigne de toute parole qui la nierait, puisqu’il a été donné à l’humain de la créer par lui-même, sa vie, et non d’en réciter ou d’en imiter le contenu. C’est cette liberté que ne comprennent pas les coupeurs de tête, croyant ainsi en arrêter le mouvement alors qu’ils ne font que l’amplifier. »

Les Kabyles qui appartiennent au peuple berbère, « soumis » par les hordes venues d’Arabie et « islamisé » par la force, savent mieux que quiconque de quoi on parle quand il s’agit de l’Islam….

Français de souche…marocaine.


HassanOn nous enfûme, depuis des lustres avec la stigmatisation que les « Français de souche » infligeraient à ces « français issus de l’immigration », qui, comme on nous le rabâche, « sont des Français comme nous ».

Mais, comme le dirait fort justement Hassan II, s’il était encore vivant, « à quoi sert d’avancer des arguments de bonne foi , face à des gens de mauvaise foi » ????

Ceux qui veulent nous convaincre qu’ils sont des « Français comme nous » sont-ils de bonne foi ??? On peut en douter !!!

Car même Anne Sinclair, considérée par la classe médiatique comme une journaliste aussi brillante qu’intègre, le sait. On nous raconte « des salades »…. Mais Anne Sinclair se tait.

Il faut dire que ces derniers temps, elle avait « d’autres chats à fouetter », si j’ose dire…

Mais, alors qu’en 1993 elle interrogeait, sur TF1, le défunt Hassan II, celui-ci avec sa manière d’appeler un chat, un chat, cette manière que nos journaleux d’aujourd’hui détestent préférant la pratique du « padamalgame » qui est devenu la devise des « bobocrates », donnait à notre classe politique qui à cette époque, déjà, était sous la coupe des vigiles de « SOS Racisme », une belle leçon de réalisme.

Le Roi du Maroc était un souverain ferme, et lucide, qui entretenait avec la France « des relations franches » comme on dit dans le langage diplomatique.

Il voyait dans la présence de Marocains en France un symbole positif des relations étroites qui lient les deux pays, mais il lançait un avertissement que les sourds n’ont jamais voulu entendre: qu’on ne se fasse pas d’illusion, les Marocains resteront toujours des Marocains, ne s’intègreront jamais, et ne deviendront jamais « des Français à part entière »…..

C’est pour rafraîchir la mémoire de ceux qui nous gonflent les oreilles avec leurs affirmations stupides que j’ai exhumé cette séquence vidéo bien trop occultée par la « bien-pensance », que l’on devrait passer en boucle sur nos chaînes de télévision, ne serait-ce que pour le plaisir de revoir Anne Sinclair resplendissante de beauté et d’intelligence,… mais pas seulement…..

http://youtu.be/bsItfKAa2Us

Une vraie séquence d’anthologie….à écouter jusqu’à la fin de la video pour ceux qui s’intéressent à l’Histoire des relations Franco-Marocaines.

Pour ceux qui sont restés sourds à cette déclaration sans ambigüité, voici l’extrait significatif de ce montage vidéo :

« – Anne Sinclair : Souhaiteriez-vous qu’ils ( Les Marocains vivant en France. ndlr ) soient intégrés en France ? Le principe même de l’intégration, est-ce que vous êtes pour, ou contre ?
- Hassan II : Je n’aimerais pas du tout qu’ils soient l’objet d’une tentative d’intégration, car ils ne seront jamais intégrés.
- Anne Sinclair :  Vous croyez que eux ne le veulent pas, ou que les Français les refusent ?
- Hassan II : L’exprimeraient-ils, qu’ils ne le pourront pas. C’est possible entre Européens, la trame est la même, les mouvements européens dans l’histoire ont été est-ouest, mais là c’est entre continents, et vous n’en avez que faire, ce seront de mauvais Français.
- AS : Vous nous découragez de chercher à intégrer ?
- Hassan II : Je vous décourage en ce qui concerne les miens, les Marocains, d’essayer un détournement de nationalité, car ils ne seront jamais 100% français, ça je peux vous l’assurer. »

Alors ??? Les « Français de souche marocaine » ??? Des Français comme les autres ??? Il n’y a que les crétins pour le croire.

Soumission.


HouellebecqJ’ai terminé aujourd’hui, la lecture de « Soumission » ( « Islam », en Arabe ) , le roman de Houellebecq à l’origine de  polémiques dont nos médias raffolent.

Les voix de la « pensée correcte » se sont élevées pour dénoncer le message sulfureux de ce livre qui évoque le lent glissement vers une islamisation douce, d’une France écartelée entre ceux qui sont enfermés dans le confort du déni de réalité et ceux qui, désespérément, tentent de défendre une identité en voie de dissolution.

Dans cette fiction, ressentie par certains comme une provocation,  l’islam se présente, dans l’indifférence et le désenchantement des Français, comme une sorte de moindre mal face à la décomposition d’une société post-moderne qui ne sait plus où elle va, et qui, ayant renoncé à revendiquer ses racines ne sait plus d’où elle vient, car elle a passé par « pertes et profits » l’héritage des générations qui l’ont précédée.

Le « relativisme » ambiant, devenu la philosophie à la mode chez nos « zélites » intellectuelles, qui infère que « tout se vaut », toutes les cultures, toutes les religions se valent, aboutit à une sorte de déterminisme du déclin.

A la génération de « l’Homme Révolté » de Camus, a succédé la génération de « l’Homme indifférent » de Houellebecq.

Le personnage central de ce roman, en toute lucidité, assiste à cette décomposition avec une sorte d’indifférence blasée. Le déclin d’un pays gouverné par une génération de politiciens corrompus, à l’égo démesuré, incapables d’un sursaut, lui est indifférent. Il observe avec une douce ironie, et une acuité cynique la prise de pouvoir, sans combat, du Parti des Musulmans de France. Son existence, qui ressemble à celle de nombre de nos contemporains, baigne dans la banalité d’un vide quotidien, ponctuée par des moments de sexualité réveillée par la rondeur de fesses féminines , mais qui, très vite, le ramènent à une décevante réalité: « la chair est triste »….

En fait, et contrairement à ce que les critiques de la « bien-pensance » ont voulu faire croire à ceux qui ne liront jamais le livre, il n’y a aucune trace d’islamophobie dans ce livre. Bien au contraire.

l’Islam se présente à une société bobocratisée comme une religion structurée et vigoureuse capable de devenir un recours et une alternative pour des générations émasculées, qui, épuisées par la recherche éperdue du confort, du bien-être matériel, du libertinage, et par la poursuite des illusions idéologiques les plus folles, sont confrontées à une vacuité spirituelle sans précédent.

L’Islam propose une société virile où la polygamie devient la norme ce qui n’est pas sans séduire des bobos, qui ont épuisé les plaisirs du « butinage » sexuel, des annonces coquines de Libération, et des clubs échangistes parisiens.

A Droite comme à Gauche, tous les mots dont on a abusé, sont usés. Il n’y a plus aucun message crédible susceptible de « mobiliser » les énergies, car, de surcroît, il n’y a plus d’énergie au sein de cette génération de « fatigués », guettée par le « burn-out », gavée de « came » et d’anti-dépresseurs .

Les idées des « Lumières », celles héritées de la Révolution, les « valeurs » qui fondent l’Etat Républicain se sont dissoutes dans un galimatias fait de « novlangue », de mots creux et de fausses « valeurs ».

 La Gauche a accueilli le roman de Houellebecq avec un dédain froid quand elle ne l’a pas classé parmi les ouvrages imbéciles, et islamophobes.Comme d’habitude, tout ce qui ne penche pas à gauche, ne mérite qu’invective et mépris. La droite nationale, elle, s’est contentée de considérer l’accession au pouvoir d’un parti islamiste décrite dans ce livre, comme la confirmation de ses craintes et de ses avertissements sur les dangers d’une immigration incontrôlée….

En fait, ce qui est intéressant, au-delà du livre lui-même, c’est la manière dont la « classe intellectuelle » française l’a reçu.

Les rares débats de qualité aux quels ce roman a donné lieu, montrent que les « zélites » françaises ne sont plus en mesure de produire un discours idéologique cohérent s’opposant au sentiment de déclin qui a envahi la société française. 

Les réactions provoquées par ce livre montrent, en outre, que la France s’est irrémédiablement divisée dans le domaine des idées. « Soumission » décrit un corps social français  déboussolé. Mais rien, dans les débats entendus, ne permet de penser qu’il existe, parmi nos « zélites » le moindre projet capable de remédier aux incertitudes d’un avenir plein de menaces.
L’hexagone va vers la guerre civile selon Eric Zemmour. Ceux qui contestent Zemmour prêchent en faveur de la paix civile , à condition de retrouver les joies du « vivre-ensemble » grâce à toujours « plus de professeurs dans l’Enseignement » et « plus de laïcité »….Des mots, des mots….

En refermant le livre, on est tenté de se dire qu’il se peut que la partie soit déjà jouée et que pour la France il soit d’ores et déjà trop tard. En effet, comment reconstruire une identité nationale sur un socle aussi disparate que celui de la France d’aujourd’hui, avec ses cultures, ses communautés et ses religions.

D’ailleurs le « projet » ( ??? ) européen s’oppose à la renaissance d’une fierté nationale présentée par les « zélites » comme une conception ringarde face à un avenir mondialisé. Marine Lepen l’a compris, elle qui veut tourner le dos à une Europe technocratique qui ne veut rien entendre d’une « Europe des Nations ».

Mais restent ceux qui ne croient pas nécessairement à la fatalité dans l’histoire : les « beaufs », dont je suis.

Ceux-là sont décidés à se battre. Car il va falloir se battre pour défendre ce que nous sommes et pour préserver une vraie « liberté d’expression », afin que l’on puisse continuer à débattre sans tabous, que l’on puisse, enfin, appeler un chat, un chat, sans être qualifié de nervis d’extrême droite, suspecté de racisme et accusé tantôt de « stigmatisation », tantôt d’amalgame.

Et tenir « la dragée haute » à des « zélites » qui prennent pour des brêles, tous ceux qui ne partagent pas leurs idées fumeuses, et leur attirance obscène pour l’Islam même « modéré »…..

Au moment de conclure ce billet, j’entends le débat, sur France 5, dans l’émission « C’est dans l’air ». Surréaliste. Un concours de revendications victimaires entre Juifs et Musulmans dont les Chrétiens qui ne sont pas encore minoritaires dans leur pays, sont absents….

Les Français sont désormais les victimes d’une xénophobie revendiquée, dans leur propre pays.

Islamisation rampante….


Ponia

Les « lumières » de notre intelligentsia, aveuglées par leurs prétendues convictions, ont déchaîné leurs propos contre les oeuvres de deux auteurs qui font un tabac dans toutes les librairies de France et d’Europe.

Ces deux auteurs ont en commun une analyse fort contestée de l’avenir de la France, un pays avachi, une population « dévirilisée » et sans espoir, gouvernée par une génération de politiciens corrompus et incapables, et un pays menacé à terme par une islamisation dont nos « zélites » cherchent à masquer les progrès ainsi que les dangers qui en découlent pour l’unité nationale et pour le « vivre ensemble » des générations futures. Voici un petit film d’anticipation où Josiane Balasko joue le rôle de la Française convertie, un film qui serait interdit de parution aujourd’hui au nom du « padamalgame »….

 http://www.delitdimages.org/bd-paris-sera-toujours-paris/

La perspective d’une régression démographique de notre pays est contredite par des statistiques qui, régulièrement, place les taux de fécondité des Françaises au-dessus de toutes les moyennes européennes.

Nos médias, conditionnés et formatés par un prêt à penser souvent dénoncé sur ce blog, font largement écho à ces données statistiques, qui, selon eux, devraient contribuer à entretenir un optimisme confiant dans l’avenir du pays, contrairement à une Allemagne inquiète de son déclin démographique.

Comme d’habitude, il y a derrière ces propos, une véritable manipulation de l’opinion française, une manipulation destinée à endormir ceux qui seraient tentés d’écouter les voix de ceux qui s’efforcent de maintenir l’opinion en éveil, face aux dangers que cachent des statistiques manifestement manipulées.

Comme d’habitude, c’est dans la presse algérienne que j’ai trouvé ce que je cherchais vainement, et depuis longtemps, dans la presse française.

Je laisse à chacun le soin de lire et d’en tirer ses propres conclusions :

http://www.algerie-focus.com/blog/2015/02/les-algeriennes-font-beaucoup-denfants-en-france/

Je cite:

« Les femmes algériennes sont à l’origine d’un véritable boom démographique en France et en Europe. Selon Gérard-François Dumont, géographe, économiste et démographe, professeur à l’université à Paris 4-Sorbonne, président de la revue Population & Avenir, les femmes algériennes sont celles qui font le plus d’enfants en France.
“Selon les dernières données disponibles, la fécondité des femmes résidents en France et nées en Algérie est de 3,5 enfants par femme ; celles du Maroc ou de Tunisie de 3,3 et celles de Turquie de 2,9, contre 1,9 pour la moyenne nationale”, a confié cet expert lors d’un entretien accordé au site français Atlantico.fr . Pour ce démographe, l’ensemble des données “met en évidence que la population immigrante de confession musulmane a une fécondité nettement supérieure à la population totale” en France. Ces données démographiques indiquent clairement, précise en dernier lieu Gérard-François Dumont, que les fidèles musulmans vont, à l’avenir, largement influencer les résultats électoraux. » ( Fin de citation ).
- See more at:http://www.algerie-focus.com/blog/2015/02/les-algeriennes-font-beaucoup-denfants-en-france/#sthash.B0UjYcsa.dpuf

L’auteur algérien de l’article ne cache pas dans sa conclusion, sa satisfaction de voir , dans un avenir certain, « les fidèles musulmans largement influencer les résultats électoraux ».

A titre documentaire, rappelons aux jeunes générations qui ne le savent pas, que lors du début de la conquête de l’Algérie, ce pays comptait moins d’1 million d’habitants. En 1962, au moment de la proclamation de l’indépendance de ce pays, la population approchait les 10 millions d’habitants. En 2014 la population de l’Algérie atteignait 38,7 millions d’habitants.

N’importe quel démographe débutant est capable aujourd’hui, de calculer l’époque à la quelle les Musulmans d’origine algérienne, …et les autres, constitueront une masse critique sur le plan électoral, et confèreront au roman de Michel Houellebecq la valeur d’un document prémonitoire.

Ceux qui porteront la responsabilité des évènements qui en résulteront ne pourront pas dire « on ne savait pas »….

Le « Suicide français » d’Eric Zemmour n’est donc pas un pur fantasme évoquant une hypothèse dénuée de sens, mais bien un diagnostic dont on ferait bien de tirer les conclusions, avant qu’il ne soit trop tard….

A consulter également les commentaires, – instructifs -, des lecteurs algériens de cet article:

• Benaissa Mohamed • Top Commenter • Lycée Jean Mermoz
« tant que c est hallal ca va!! »

Yacine Ben • Béjaïa
« Ce qui donne raison à Michel Houellebecq qui dans son nouveau livre « Soumission » a prédit une France islamisée sur les pas d’une guerre civile ce qui donne aussi raison à Eric Zemmour qui dans son livre « Le suicide français » a prédit une guerre civile provoquée par le choque des deux communautés, une musulmane qui met au premier plan l’islam et une autre communauté français qui se bat pour son identité. »

Moufid Sardi · Top Commenter · Collège des Champs Plaisants

« parce que la caf ça paye bien le plus ils font des gosse mais ya pas d’éducation c juste pour l’euro (tune) le reste c pour la france c pour ça que les français on en ras le bol du basaner et du algerien en particulier ».

Evidemment ceux qui gardent les yeux ouverts sur les réalités auxquelles les générations futures seront confrontées ne seront pas surpris. Ce que l’on peut lire dans la presse algérienne, nous le savions déjà. Mais nous n’avions jamais lu un propos équivalent dans la presse française.

Car évidemment, « il ne faut pas stigmatiser »…. Et puis, « il ne faut pas faire le jeu du Front national » !!!! Et pourtant, la presse algérienne, elle, ne s’en prive pas !!!!

Et pourtant !!! La tentation, pour moi, est forte de reproduire ici la conclusion d’un livre écrit quelques temps avant sa mort, par un ancien Ministre de Giscard, Michel Poniatowski, et de  soumettre à votre réflexion, une conclusion dont on ne voit pas quelle ligne on pourrait changer 22 ans plus tard :

 » Cette âme, la France est entrain de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluri-ethnique et pluri-culturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer. Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) Ces pages peuvent apparaître cruelles. Mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane. Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages: celui du « cher et vieux pays » dont parle le général de Gaulle et celui du campement avancé du tiers monde africain. Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours. Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées. Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes. Nous allons vers des Saint-Barthélémy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression. Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux. Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux n’ont affaibli, les socialistes l’ont détruit. Où sont les grandes tâches dévolues à l’Etat? La Justice, l’Armée, l’Education nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europé? En miettes. La France est à l’abandon est en décomposition à travers le monde. Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’Etat. »

Ce texte a 22 ans d’âge. Il n’a pas pris une ride.  Bien au contraire, la situation, depuis la publication de ce livre n’a fait qu’empirer. Mais l’entreprise de manipulation de l’opinion, par le mensonge ou par les silences destinés à masquer les réalités, se poursuit.

Les Français doivent enfin, sortir de leur torpeur, à moins qu’ils ne soient résignés à un suicide collectif, dans l’indifférence générale….Car refuser de réagir devant une perspective qui n’a pas échappé, y compris aux esprits les plus brillants du siècle dernier, c’est une attitude suicidaire. De Gaulle n’aurait jamais accepté une telle perspective, et écoutez Raymond Aron dont nul ne peut suspecter l’honnêteté de ses analyses : http://www.ina.fr/video/I00018821.

On comprend alors que si, refusant « l’intégration », la France a accordé son indépendance à l’Algérie, c’est bien pour échapper à la perspective d’une arabisation de la France.

Comment douter que cette arabisation ne soit pas en marche, avec la complicité de ceux qui nous gouvernent, quand on lit ceci :

Arabe

Printemps d’ici…


Après quelques jours d’une pluie qui s’était longtemps fait attendre, les vents venus du Sud ont chassé les nuages. C’est une lumière nouvelle que le soleil, à nouveau généreux, nous offre, dès le lever du jour.

Ici, le soleil se lève sur la mer et se couche derrière les montagnes.

Ayant vécu trente ans de l’autre côté de la Méditerranée, j’ai mis longtemps à m’habituer à l’étrange sensation d’avoir le Sud devant moi, lorsque je regarde la mer, alors que le Nord se trouve dans mon dos.

Mais, sur les deux rives de la Méditerranée, la lumière est la même lorsque le printemps pointe le bout de son nez. Une lumière crue qui aveugle encore au petit matin lorsque le soleil peine à s’élever au-dessus de l’horizon. Mais aux alentours de midi, le soleil devient brûlant dès qu’on s’expose à ses rayons, à l’abri du vent. A la tombée du jour, les ombres s’allongent sur le paseo qui longe la plage. Les contrastes s’accentuent, et le Penon qui se dresse majestueusement au-dessus des flots, se pare de couleurs flamboyantes

PenonDans les monts de l’arrière-pays, la nature s’éveille et le promeneur éprouve le sentiment du renouveau  dans une nature sauvage qui semble émerger de son sommeil : Février nous annonce déjà le Printemps.

Comment résister au plaisir divin de se promener dans les champs d’amandiers dont la floraison explose dans une féerie des blancs et des roses pâles, pour écouter le chant des oiseaux qui, sans perdre de temps, entreprennent de s’accoupler. Les merles, en particulier, bien gras et nourris aux olives demeurées dans les oliviers abandonnés, ont retrouvé leur chant mélodieux destiné à séduire les merlettes… Un chant particulier, un chant d’amour, que l’on n’entend qu’à cette époque de l’année et qui ressemble à un appel à celle qui voudra bien accepter de « fonder famille », afin de perpétuer l’espèce….

Amandiers 3On entend le bourdonnement des abeilles déjà à l’oeuvre autour des pollens nouveaux, ainsi que le bruit de l’eau qui transpire par tous les pores de la terre, puis s’écoule dans les caniveaux dans un murmure à écouter attentivement car ce chant ne dure pas : ce sera bientôt la fin de la saison humide, et le retour des mois secs.

Respirons, à pleins poumons, et jusqu’à l’ivresse, les parfums de la nature qui flottent dans l’air frais du matin : le thym sauvage qui mélange ses effluves au parfum des amandiers, et tente de dominer l’odeur des absinthes, de la lavande et du romarin .

Au loin, une demeure paysanne, dans un champ d’oliviers, aux murs d’enceinte recouverts de bougainvillées, d’où semble provenir le chant d’un coq.

En aspirant l’air frais du printemps, donnons nous le plaisir de participer encore une fois à ce renouveau, car l’âge avance de son pas lourd, et nous signifie que le printemps de la vie n’est pas éternel.

Avec l’âge les pentes sont devenues plus rudes et le souffle est court dès que le pas s’accélère, mais chaque arrêt, en embrassant d’un regard circulaire ce paysage lumineux, et en levant la tête vers un ciel où seul, un petit nuage s’est égaré, est une occasion de rêver et d’apprécier ce que la nature sait offrir à ceux qui savent la contempler.

Soudain, un vol de moineaux espiègles qui piaillent comme pour manifester leur joie d’être ensemble, met fin aux rêveries du promeneur.

Un petit vent frais s’est levé, pour nous rappeler que le soleil qui a franchi le sommet de la montagne nous privera très vite de la chaleur de ses rayons….

Il est temps de redescendre au bord de mer, là où chaque vague est une promesse : la promesse d’un murmure suivi du bruit des galets qui roulent, dans la mousse, sous le reflux des eaux.

Les « Beaufs »se rebiffent !!!


Beauf« Le suicide français » de Zemmour a sérieusement contrarié quelques spécimens de notre intelligentsia parmi ceux qui, depuis Mai 1968 se sont lancés dans une fuite en avant éperdue, à la recherche d’une société idéale, permissive et libertine, considérant que le « progrès » se trouvait dans le reniement des racines, des traditions, de la culture au nom d’un « multiculturalisme » béat, et plus généralement dans le renoncement aux acquis sur lesquels reposaient les certitudes de ceux qui croient que regarder vers l’avenir ne signifie pas forcément tourner le dos au passé.

Ma Grand-mère, que je vénère ( mais vénère-t-on encore les Grands-mères à l’époque du « jeunisme » ???), disait souvent que « celui qui ne veut pas savoir d’où il vient, ne saura jamais où il va »….C’est un peu le cas des jeunes générations de Français d’aujourd’hui. Elles sont, nous rabâche-t-on, « en perte de repères »….

C’est précisément cette « perte de repères » que tentent de mettre à profit ceux qui, à coups de boutoirs, cherchent à ébranler les fondements de notre société, en présentant des réformes telles que le « mariage pour tous », ou la « théorie du genre » comme des progrès indépassables du genre humain….

Mais ils se heurtent aux réticences obstinées, à la résistance même, de ceux qui refusent de se plier aux injonctions de ces illuminés dont la lumière n’éclaire pas plus que le bout de leur nez et qui ne supportent pas que l’on puisse douter de leur géniale « clairvoyance »….

« Ils » sont les « inventeurs » de la « société des loisirs » et à ce titre, ils ont combattu en faveur de la réduction du temps de travail, de l’avancement de l’âge de la retraite, ils pratiquent le culte de l’assistanat, et ils sont attirés par tout ce qui est « ethnique » en prenant pour modèle des usages et coutumes de peuplades exotiques et « xénophobes », dont ils défendent, paradoxalement et avec une extase admirative, les efforts pour échapper à l’invasion des « peuples civilisés » et à l’emprise d’un « progrès » qui envahit tout, jusqu’au plus profond des forêts d’Amazonie.

Les « zélites » de cette « société avancée », incapables de saisir leurs propres contradictions, revendiquent une « modernité » qu’ils jugent, paradoxalement, préjudiciable à la conservation des espèces humaines les plus attardées. Elles sont reconnaissables grâce à des « marqueurs » physiques dont le regretté Philippe Murray a souligné les traits avec l’humour goguenard qui marque son oeuvre.

On en trouve de nombreux échantillons dans la « bobocratie » parisienne, et notamment dans « la Gauche Caviar », celle qui est censée donner le ton dans tous les domaines de la « pensée »libertaire.

On les reconnaît au port d’une barbe peu soignée, destinée à donner l’illusion d’une virilité factice, à un corps orné de tatouages qui les rapprochent des coutumes des tribus calédoniennes ce qui leur confère, du moins le croient-ils, des allures de baroudeurs de salons. Ils ne se déplacent qu’en véhicules tous terrains capables de franchissements improbables, et qui encombrent les parkings des Champs Elysées.

On en rencontre aux terrasses de ces mêmes Champs, sirotant, avec une paille, des cocktails multicolores: ils sont reconnaissables, le plus souvent, au port d’un « Cheich » saharien, dernier cri d’une mode qui connaît son épanouissement, au moment même ou le Sahara est devenu « zone interdite »au tourisme d’aventure, sauf pour les trafiquants et les Djihadistes….

Ils sont installés, depuis près d’un demi-siècle, dans l’attitude d’un mépris dédaigneux à l’égard des « beaufs ».

Ils qualifient de « beaufs » tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans leurs frétillements émotifs et leurs gesticulations intellectuelles. Ce sont les mêmes « zélites » qui se sont fourvoyées dans toutes les impasses idéologiques du siècle écoulé: elles furent les « idiots utiles »du stalinisme, les militants d’un « maoisme » dévastateur, les adoratrices d’un « Che Guevara » symbole d’une « révolution cubaine » qui vit son dernier souffle en attendant la mort de Fidel Castro… Dans le même temps, elles ont été « tiers-mondistes » avant de devenir les adversaires hargneux de la « mondialisation ». L’un de leurs derniers combats restera dans l’Histoire comme la bourde du siècle: convaincus que la « démocratie », cette invention européenne, est le rémède à tous les maux dont souffre un monde arabe déchiré, ils ont acclamé et soutenu les « Printemps arabes », dont les conséquences, pourtant prévisibles, sont en passe de devenir la cauchemar de l’Occident….Celui qui symbolise jusqu’à la caricature ces tribus égarées dans leur siècle, ce serait Bernard-Henry Lévy, BHL pour les intimes…..

Leur haine de tout ce qui peut se référer à la Morale, – un « gros mot » qu’ils détestent tout comme ils détestent le mot de rigueur -, ( que dire de la « rigueur morale » qui les exaspère !!! ) les incite à renier les racines judèo-chrétiennes de la France, au nom d’une « laïcité », – dont plus personne ne sait quelles sont ses règles et ses limites -, qu’ils sont prêts à sacrifier au bénéfice d’une « Charia douce », semblable à celle que Houellebecq, dans un roman talentueux et prémonitoire nous décrit  en anticipant sur le « désir de soumission » qui s’empare d’une fraction de cette société française ramollie par le « bien-être »….

La « morale » les insupporte, et pour compenser le vide spirituel de leur pensée, ils se sont inventé « des valeurs ». Car ces gens « ont des valeurs » !!!! qu’on se le dise !!!! et une « éthique » à géométrie variable qui leur permet d’entretenir des indignations sélectives: violente dès qu’une mosquée est « profanée » par un graffiti , mais mesurée s’il s’agir d’une église dévastée, car dans ce cas, il s’agit de « jouer l’apaisement », l’un des petits « jeux » favoris qui n’appartient qu’à cette élite.

Par détestation sectaire de la morale chrétienne, ils sont donc prêts, comme par le passé, à jouer les « idiots utiles » d’un islam conquérant dont ils se refusent à voir la menace et qui, avec une habileté redoutable  se sert de toutes leurs contradictions et de tous les espaces que lui ouvre leur « humanisme » à la fois angélique et pervers.

Leur naïveté les empêche de pressentir que la « morale » de la Charia serait infiniment plus rigide et rétrograde que celle qui est prêchée dans les Eglises. Car il est probable que la Charia interdira les sites de « Rencontres extra-conjugales », et que le « mariage gay » deviendra un délit passible de lapidation……

Ces mêmes « zozos » sont depuis un demi-siècle, les défenseurs acharnés d’une « repentance »qui ne contribue pas à rehausser la fierté d’être français ni l’amour de leur pays, auprès d’une jeunesse formée -ou plus exactement formatée – par la « culture de l’excuse » qui lui a été inculquée depuis son plus jeune âge. 

Largement répandue parmi ces beaux esprits, – partisans d’une mixité consistant à installer des voyous dans les beaux quartiers, et des bourgeois là où ne subsistent plus que des boucherie hallal, des épiceries maghrébines, et des cafés maures – , la « culture de l’excuse », a ouvert la voie à une « victimisation » à outrance de la jeunesse des banlieues qui se considère comme la victime d’une discrimination massive. Et, autre paradoxe, cette jeunesse-là se « ressource » en puisant aux racines culturelles et religieuses que même leurs parents maghrébins avaient fini par oublier.

Ces « zozos » qui pullulent au sein de ce qu’on a coutume de nommer « la Gauche Caviar » ont inspiré à la gauche l’idée de lâcher les ouvriers pour les immigrés, les pauvres pour les étrangers. Leur « Think Thank » Terra Nova en a théorisé la doctrine: autrefois, dans le discours de gauche, c’était le prolétaire qui avait raison, par définition, face au capitaliste et au bourgeois, maintenant c’est l’immigré d’un pays décolonisé et de culture musulmane qui a raison par définition face au colonisateur qui refuse toute idée de « repentance ».

Comment renvoyer chacun à ses responsabilités, y compris le français d’origine africaine et maghrébine quand il est devenu impossible, car impensable, de mettre en cause ceux qui sont des victimes par essence et pour toujours, sous peine d’être traité de « raciste », d’islamophobe, et accusé de « faire le jeu du Front National » ???

La Droite dite « républicaine » elle-même, s’est laissée enfermer dans ce paradigme infernal (1). Car la « bobocratie » est, hélas, représentée également dans cette « famille » politique, exposée, elle aussi, à tous les déchirements.

Les efforts de Sarkozy, pour tenter de la sortir de la nasse dans laquelle elle s’est laissé enfermer, sont à la fois méritoires et pathétiques.

Mais, attention : « les beaufs » n’ont pas dit leur dernier mot !!! Ils envoient, chaque fois que l’occasion s’en présente, des signaux révélateurs d’une exaspération qui pourrait bien se révéler dévastatrice pour ceux qui croient que tout est déjà joué….

(1).- Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie. 

Mourir pour l’Ukraine ???


GuerreDe Gaulle doit rugir de colère, du fond de sa tombe, lui qui avait construit la politique étrangère de la France sur le principe d’une indépendance et d’un non-alignement sur les deux blocs du moment: le bloc « occidental » piloté par les Américains et le bloc « soviétique ».

Insensiblement, nous nous sommes laissés entraîner, au fil des années qui ont suivi sa mort, sur une pente qui nous conduit peu à peu à devenir de simples satellites du « Grand Ami américain »….

Or, nous risquons d’être entraînés dans une guerre absurde, contre un grand pays qui devrait être notre allié dans des combats futurs, infiniment plus importants que celui du devenir de l’Ukraine.Une alliance avec Poutine vous choque ??? Nous nous sommes bien alliés avec Staline pour abattre Hitler !!!
Il est en effet totalement absurde de se poser en défenseur d’un gouvernement ukrainien aussi incohérent que les précédents, incapable de proposer un programme de construction d’un véritable État, issu d’un coup d’Etat dont chacun sait qu’il fut fomenté avec l’appui discret mais efficace des Services Secrets américains dont le but était d’abattre un Gouvernement corrompu, certes, mais hostile à l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN et réticent à l’idée d’intégrer la Communauté européenne.

Une idée saugrenue de technocrates bruxellois, qui ne rêvent que d’accroître leur zone d’influence, et qui décident de tout sans aucune consultation des peuples concernés.

Or s’agissant de l’Ukraine, personne ne doute qu’elle aurait constitué un fardeau supplémentaire , pour une Europe affaiblie, endettée au-delà du raisonnable. Car comment ignorer que la situation financière de l’Ukraine en état de faillite, qui ne survivait jusqu’ici que grâce à la « générosité » du grand voisin russe, était catastrophique au point de ne plus pouvoir payer ses factures de gaz et de ne plus permettre même, à ses habitants de se chauffer en hiver…

Qui peut ignorer que le pouvoir actuel, en Ukraine, est constitué d’une oligarchie tout aussi corrompue et incompétente que la précédente ??? Et qui n’a pas trouvé mieux, pour tenter d’exister, que de réaffirmer que le russe, langue maternelle d’une partie significative de sa population, n’est plus langue nationale, ce qui ne pouvait mettre que le feu aux poudres dans un pays qui ne peut ignorer ses racines russo-slaves, et dans lequel vit une très importante minorité de « russophones ».
Alors, voici que nos grands « démocrates » européens et américain s’indignent de voir la Russie se poser en défenseur des droits de minorités de culture slave et russophones !!! Absurde !!! Imagine-t-on un gouvernement belge flamingant qui interdirait aux francophones de parler leur langue ? Et nous, Français, ne réagirions nous pas si le gouvernement suisse interdisait à ses citoyens de parler le français ? N’avons-nous pas, sous de Gaulle, tenté de nous immiscer dans les affaires intérieures du Canada pour défendre l’identité du Quebec francophone ???
Si l’Ukraine ne veut pas donner à ses russophones un statut décent, il est normal que ceux-ci se battent pour l’obtenir, et pourquoi pas, qu’ils appellent à l’aide la Russie voisine, où beaucoup d’entre eux se sont déjà réfugiés.

Et comment aurions-nous réagi, si la Russie soviétique avait proposé à la Belgique, profitant d’un coup d’Etat dans ce pays voisin et ami, de devenir membre du « Pacte de Varsovie » ???

Car en vérité, ce que nos médias formatés et domestiqués passent sous silence, c’est que ce sont nos gouvernements qui sous la poussée d’un Obama qui cherche à redorer son prestige, sont allés chatouiller le nez de l’Ours Russe, en proposant à l’Ukraine d’entrer dans l’Otan et de devenir parallèlement un membre de plus d’une Communauté européenne qui n’arrive déjà pas à prendre la moindre décision, tant elle est écartelée entre des membres aux intérêts divergents…..

Pour justifier cette diplomatie de l’absurde, on cherche à nous convaincre que la Russie voudrait ensuite se saisir de la Pologne ou des pays baltes, sachant que ces pays sont déjà membres indéfectibles d’une alliance qui n’hésiterait pas à entrer en guerre contre une Russie devenue agressive.

Car, n’avons-nous pas renié les engagements pris, au moment de la chute du mur de Berlin, par lesquels l’OTAN s’interdisait d’étendre sa zone d’influence au-delà des frontières de l’ex-empire soviétique, en contre-partie du retrait d’Allemagne de l’Est, des 500.000 hommes de troupe russes qui occupaient ce pays ???

Les mêmes « démocrates » qui prétendent que la Russie intervient en Ukraine, au mépris des traités qui garantissent l’inviolabilité des frontières de l’Europe, ne se sont pas opposés à la sécession de la Slovaquie, à la partition de la Yougoslavie ni même au redécoupage des frontières lors de la naissance d’un Kosovo devenu un Etat musulman qui s’est livré au « nettoyage ethnique » des Serbes qui y vivaient, alors même que tous les Historiens savent que le Kosovo fut le berceau même de la Serbie, tout comme l’Ukraine le fut pour la Grande Russie des Tzars!

En d’autres temps, les « démocrates »européens n’auraient pas manqué d’exiger que le sort des populations insurgées soit réglé par vois d’un réferendum d’autodétermination… Une solution que l’on se garde bien de proposer dans les négociations en cours, car on sait trop bien quel en serait le résultat !!!

Enfin, le conflit qui menace désormais avec la Russie, pour la défense d’un gouvernement ukrainien incompétent, est d’autant plus absurde que nous avons bien des combats à mener en commun avec les Russes.
L’angélisme stupide  de nos gouvernants feint d’ignorer que le terrorisme fondamentaliste est en train  de s’organiser en un état islamiste unique, qui irait du Nigéria à la Tchétchénie, en passant par le Mali, la Libye, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et une partie du Pakistan ? Comment ne pas voir que ce qui se joue avec le terrorisme en Europe renvoie en écho à cette même bataille ?

Or pouvons-nous mépriser l’efficacité des Services Secrets et les compétences de l’armée russes en matière de lutte antiterroriste qui nous seront fort utiles le jour où nous serons confrontés à un affrontement majeur ? Car dans la lutte qui se profile, les Russes seront des alliés infiniment plus fiables et motivés que les Américains, qui au moment venu, détourneront leur regard de cette partie du monde pour se tourner vers l’Asie , infiniment plus prometteuse pour les ambitions américaines…

Nous vivons dans un monde dangereux, où il est devenu difficile de distinguer « les bons des méchants et inversement ». L’Iran, ennemi d’hier pour les Etats-Unis sera peut-être demain parmi ses alliés, tout comme le « tueur » Bachar El Assad sans lequel aucune solution durable n’est possible dans cette partie du monde…
Il serait temps que le pragmatisme et le réalisme reprenne le dessus, et que les Européens se dégagent de l’influence délétère de ceux qui, aux États-Unis et en Europe, en particulier en Pologne, continuent de confondre Poutine avec Hitler. Et de ceux qui, comme dans les organes de direction de l’OTAN, sont entrain de s’inventer un ennemi imaginaire pour justifier leur existence.
C’est pourquoi les pourparlers en cours ont une importance vitale pour la paix en Europe. Car si demain il fallait faire la guerre à la Russie, avec quelles armées lutterions nous ???

L’Allemagne n’a plus d’armée combattante, l’armée française est à bout de souffle, et ses forces sont dispersées dans des combats lointains pour l’Europe. Les autres pays, mis à part la Grande Bretagne, n’ont que des armées de « figurants » en cas de conflit…
Alors qui est prêt à mourir pour l’Ukraine ???