Responsabilités d’Etat.


Les médias français ont l’art de nous distiller des informations propres à enfumer leur public et à enterrer celles qui dérangent. Un exemple parmi tant d’autres:

http://www.lepoint.fr/societe/algues-vertes-la-justice-reconnait-la-responsabilite-de-l-etat-21-07-2014-1847875_23.php

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/algues-vertes-l-etat-reconnu-responsable-de-la-mort-d-un-cheval_1561019.html

De nombreux articles ont paru dans la Presse française, et de nombreuses séquences télévisées ont été consacrées, ces derniers jours au Jugement d’un Tribunal condamnant l’Etat français pour les responsabilités qui lui ont été attribuées, notamment dans la mort d’un petit cheval , victime des algues vertes sur une plage bretonne.

C’est le genre d’information qui touche profondément un public émotif, dont on fait vibrer les cordes sensibles, car, évidemment, rien n’est plus injuste que la mort d’un petit cheval sur une plage bretonne…..

Mais, par contre, saviez-vous que l’Etat français avait été condamné, il y a seulement quelques jours pour ses responsabilités dans le sort tragique des Harkis abandonnés au massacre des algériens après l’Indépendance , et pour les conditions honteuses dans lesquelles, ceux qui ont pu échapper au massacre ont été accueillis en France, ce pays qui a tant fait pour l’accueil des immigrés y compris des clandestins….

Pour apprendre cette (bonne ) nouvelle, je suis allé fouiller, une fois de plus dans "Algérie focus", car la Presse algérienne, est bien moins "tétanisée", quand il s’agit de sujets sensibles, que la Presse française, dans ce pays de "libertés" qu’est devenu l’Algérie indépendante ( c’est une blague !!!).

Harkihttp://www.algerie-focus.com/blog/2014/07/letat-francais-condamne-pour-abandon-de-harkis-une-premiere/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=86167e0e7f-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-86167e0e7f-28094085&ct=t%28RSS_EMAIL_CAMPAIGN%29

( Je cite l’article ) :"Plus de 52 ans après l’indépendance de l’Algérie, la justice française vient de réhabiliter les harkis en condamnant à la fois l’État français pour avoir « abandonné » ces Français après l’indépendance et l’État algérien pour ne pas avoir « protégé » les harkis des représailles.
Par un jugement rendu le 10 juillet 2014, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, en région parisienne, a jugé la politique d’abandon des harkis sur le sol algérien, initiée à partir du 12 mai 1962 par les gouvernants de l’époque, comme constitutive d’une faute qui rend l’État français responsable des massacres dont les harkis et leurs familles ont été les victimes. Le tribunal a jugé « qu’il est constant que les autorités françaises qui avaient connaissance des massacres et des emprisonnements perpétrés contre les anciens supplétifs dès le cessez-le-feu n’ont pas pris les dispositions nécessaires qui auraient permis d’éviter totalement ou du moins minorer de manière sensible et significative de tels agissements ; qu’en contribuant ainsi, même indirectement, à rendre effective une telle situation, l’État français a commis une faute engageant sa responsabilité ».
Plus que cela, le tribunal énumère les innombrables « dépassements » de l’État français dans les camps où étaient réunis les harkis dans beaucoup de régions de France. « Qu’en outre, l’administration contrôle également le courrier et les colis qui sont ouverts et que si des prestations sociales sont accordées aux familles, elles ne leur sont pas directement versées mais le ministère des rapatriés les réaffecte au financement de dépenses de fonctionnement des camps ; que les conditions de vie difficiles des familles installées au sein des camps ont également eu des conséquences sur l’état physique et moral des personnes », reconnaît le tribunal dans son jugement.
Le tribunal s’en prend également à l’État algérien pour ne pas avoir « protégé » les harkis après les accords d’Évian, qui ont porté sur l’engagement à ne pas s’attaquer aux ressortissants des deux côtés pour des actes commis pendant la guerre. « Force est de constater que cet engagement n’a pas été tenu par les autorités algériennes et que, dès le lendemain des accords d’Évian, des massacres ont été perpétrés contre les harkis et leurs familles dans les villages évacués par l’armée », écrit le tribunal.
En revanche, le tribunal français refuse de répondre à la requête d’un harki qui demande réparation à hauteur de 1000 000 euros à l’État français." (Fin de citation ).

Intéressant, non ??? La question des Harkis fait partie de l’omerta qui entoure bien des séquences du drame algérien, car beaucoup de politiciens Français, dans cette affaire, n’ont pas les mains ( ou la conscience ) très propres, non seulement à Gauche, mais aussi à Droite, parmi les fidèles du gaullisme….

Je suppose que c’est la raison qui explique le silence des médias sur cette décision de Justice ô combien justifiée à l’égard de ces hommes -et de leurs familles – qui ont payé au prix fort leur fidélité à la France. Surtout lorsque l’on sait la "générosité" et les faiblesses que l’on a eu, après 1962,  à l’égard de ceux qui ont combattu la France…..

Alors, restons discrets. Et laissons, seuls, les boucs émissaires de ce drame que sont les Pieds Noirs et les harkis, porter seuls le fardeau des erreurs, des crimes, et des lâchetés françaises….

Hallal contre Casher.


SarcellesEntre Hallal et Casher, c’est la guerre. Le nouveau terrain de bataille, c’est la France.

Il est hallucinant de constater avec quelle prudence et quelles contorsions sémantiques, nos médias évoquent les "incivilités" qui ont accompagné, dans la région parisienne, les manifestations de soutien à la Palestine.

On glisse avec "élégance" sur le fait que la plupart de ces manifs ont été "encadrées" par le Nouveau Parti Anticapitaliste. Anticapitaliste ou anti-républicain ????

Ce Parti d’extrême-gauche qui, en participant de manière ô combien active à l’organisation et au déroulement de ces manifestations et aux"débordements" aux quels elles ont donné lieu, se place en dehors de la République, en bravant les interdictions préfectorales, et les avertissements de notre Premier Ministre, qui a trouvé là, l’occasion de donner quelques coups de menton dont il est familier….Aujourd’hui, en dehors de la République, et demain contre la France ???

Monsieur Valls a "fustigé" ( !!! ), ce qui n’a pas empêché de nouvelles manifestations de se produire le lendemain de son intervention. Il a "fustigé" mais pas empêché.  Car la République a baissé les bras, tétanisée.

Car quand on veut empêcher une "manif", on arrête et on neutralise ses organisateurs. Pour la "Manif pour tous", il a bien su faire ce qu’il fallait, non ???

Huées contre François Hollande au 14 juillet: 31 interpellations. Combien d’interpellations à Sarcelles ???

Du coup, le NPA lui a répondu, appuyé par la Ligue "bidon" des Droits de l’Homme, que le combat qu’il mène aux côtés des Palestiniens, est "légitime" au nom de la "Liberté d’Expression" !!!! Un comble quand on sait que ceux qui ont le plus à souffrir de restrictions à la Liberté d’Expression sont plutôt à Droite….

A Sarcelles, on a assisté à de vraies scènes de guérilla urbaine, un domaine dans lequel les "révolutionnaires" du NPA sont particulièrement entraînés. Car il y a longtemps que, dans l’ombre, ils préparent le "Grand Soir"….

Ce n’est pas la première fois, dans notre Histoire, que l’extrême-gauche française se "positionne" dans l’anti-France. La Guerre d’Algérie avait déjà été un des théâtres de leurs opérations "rebelles"…. L’Armée Française a dû combattre,- et même dû fusiller, des "idéalistes" qui avaient pris les armes contre leur propre pays, au nom d’un idéalisme fumeux….Des Communistes révoltés par l’impérialisme colonial français, mais si indulgents à l’égard de l’impérialisme soviétique…..Des traîtres dont quelques "belles âmes" ont fait des héros, qui ont donné leur nom à quelques places et quelques rues, dans certaines municipalités…..

J’évoque ce point d’Histoire qui peu à peu s’enfonce dans l’oubli, car il est certain que ces batailles de rue qui ont été livrées contre nos Forces de Police par des hystériques d’un combat auquel la France est étrangère, n’est qu’un prétexte, car il n’a aucune raison légitime d’être importé dans notre pays, ces batailles de rue préfigurent d’autres combats aux quels nos générations futures seront confrontées.

Car aujourd’hui, ce sont des synagogues que l’on brûle. Demain ce seront des églises, qui sont d’ailleurs déjà la cible des mêmes hystériques… Mais les médias restent silencieux, voire indifférents…..

Car, nous ne cessons de le marteler sur ce blog, "le ver est dans le fruit". Un jour ou l’autre ça pètera.

On le sait, la colère des Français gronde et approche du point critique, où la majorité silencieuse n’acceptera plus d’être prise en otage par des minorités dont la voix est amplifiée par les médias, alors que la voix de ceux qui dénoncent l’inacceptable est muselée, car malheur à celui qui dit la vérité sur la situation réelle du pays et sur les menaces aux quelles il est confronté.

sondage1Source "Atlantico"

Le journaliste Eric Zemmour en sait quelque chose, pour avoir eu, à plusieurs reprises, l’occasion de dire tout ce que l’on pense tout bas,  et avoir été condamné par la Justice, pour avoir dénoncé avec des arguments chiffrés imparables, ce que les autres médias, condamnés à se soumettre aux ayatollahs du "politiquement correct", s’appliquent à masquer stupidement.

Qu’a-t-on vu, au cours de ces "débordements" ??? Des drapeaux Palestiniens. Quelques uns. Des drapeaux Algériens, Tunisiens , Marocains, beaucoup, et même des drapeaux du Djihad islamique. Tout cela finira par converger, si ce n’est pas déjà fait.

Mais, dans les médias, tétanisés eux aussi, on baisse pudiquement les yeux….On ne veut pas voir que le "communautarisme", ce danger dont on nous rabat les oreilles, est là, sous les yeux incrédules de ceux qui depuis tant d’années nous donnent des leçons de morale républicaine….

Ces médias dérapent, de temps à autres et trahissent leurs silences dans des "révélations" significative de ce qu’ils veulent occulter. Ainsi, j’entends, depuis ce matin, parler de Sarcelles comme "la petite Jerusalem", ce qui en dit long sur les réflexes communautaristes de la communauté concernée…

Mais ouvrir les yeux, pour nos "élites", ce serait reconnaître tant d’années de silences coupables, de tolérances aveugles, d’angélisme imbécile et complice, voire d’humanisme à deux balles….

Nos politiciens, de Droite comme de Gauche sont en vacances. Le ventre au soleil, ils "condamnent" ceux qui on fait de "l’anti-sionisme" un levier pour soulever "les masses"….

Et ils rêvent…à quoi ??? à leur réélection . Car il n’y a que cela qui les passionne. Le destin de la France, ils s’en tapent.

DERNIERE MINUTE. L’aveu d’impuissance du Gouvernement:

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2014/07/21/une-manifestation-en-soutien-a-gaza-autorisee-mercredi-a-paris_4460756_3224.html

Aldous Huxley.


Huxley

Il m’est arrivé fréquemment, sur ce blog, de citer Aldous Huxley, dont les oeuvres qui font partie de mes lectures d’été favorites, sont, à mes yeux, prémonitoires. Je le cite chaque fois que les circonstances ou le contexte de la vie politique française me semblent justifier de faire en sorte que cet auteur ne tombe pas dans l’oubli.

On ne peut s’empêcher de rapprocher l’anticipation de Huxley dans son imaginaire "Meilleur des Mondes", de la prétention de celui qui s’était promis de "ré-enchanter le rêve français"….

Je l’ai "invoqué" lorsque les Socialistes au pouvoir, en France, ont été pris d’une crise sémantique, qui selon un processus dénoncé avec talent par Aldous Huxley, se sont attaqués à la réforme de notre vocabulaire, en préconisant, par exemple, la suppression du mot race dans notre Constitution et en élevant des tabous multiples autour de certains mots jugés "discriminants" ou "stigmatisants"…..Le chantage à l’islamophobie en est une illustration. Parmi d’autres.

Il est clair que les mots étant le prolongement naturel de la pensée, si l’on veut réduire le champ de la liberté de penser, il faut s’attaquer aux mots qui sont le véhicule de cette pensée. La tentation totalitariste est incompatible avec l’acceptation du moindre espace de liberté susceptible de contrarier "le projet de société" socialiste.

On se référera à :  http://berdepas.wordpress.com/2014/01/23/novlangue-2/.

J’ai aussi invoqué Orwell, tout aussi prémonitoire, et son légendaire "Big Brother", lorsque sont apparues les tentations d’espionner le citoyen sous des prétextes "vertueux", qui se manifestent par des écoutes téléphoniques qui frôlent l’illégalité mais que l’on justifie toujours par des motifs "vertueux". Sous Mitterrand, ces écoutes participaient à une sorte de délire de méfiance à l’égard de toute personne susceptible, par ses propos d’attenter à l’image "vertueuse" du Président. Les écoutes "à filet dérivant" dont Sarkozy et son Avocat sont l’objet, sont également habillées de la même intention vertueuse: en fait Sarkozy est devenu l’obsession d’une Gauche qui se sait en perdition et qui sait qu’il est probablement le seul, malgré tous ses défauts, à pouvoir rassembler la Droite, du centre jusqu’à la frontière des extrêmes…Il faut donc l’abattre, car il est devenu un obstacle majeur sur la route d’un "socialisme triomphant" !!!

(http://berdepas.wordpress.com/2013/06/27/big-brother/)

J’ai éprouvé le besoin, ces derniers jours de replonger dans la lecture du "Meilleur des Mondes". J’y ai retrouvé ce texte d’Aldous Huxley . Rappelons que "Le Meilleur des Mondes" date de 1939…..
« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées."

Cela ne vous rappelle rien ??? L’ABCD de l’égalité, par exemple, ça ne vous dit rien ???

"Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser."

Car il est clair que "les gens qui pensent" sont des gens dangereux.

"On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté."

Comment ne pas voir que la sexualité a envahi notre quotidien, à travers les médias, le cinéma, la publicité et même,…la Littérature ???

"Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu."

D’où le mesage, martelé sur ce blog : "Français, réveillez-vous". Et ne tardez pas à vous réveiller, car un beau matin, il sera trop tard !!!!

"Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

Il y a très probablement des "belles âmes" pour considérer que mes écrits, qui, sur ce blog "politiquement incorrect"," mettent en cause le système", comme des "écrits subversifs".

Et je sais que, dans l’ombre, veillent des "modérateurs"attentifs, et des cellules discrètes qui passent au crible tout ce qui se publie dans les "réseaux sociaux", à l’affût de tout ce qui peut contrarier les intentions de ceux qui, incapables de s’adapter au monde tel qu’il est, ne rêvent que de changer le monde pour qu’il se plie à leurs rêves….

Car "ré-enchanter le rêve français" n’est pas chose facile, dans un monde sur lequel "ils" n’ont aucune prise….

Le Match.


RidiculeDans le match qui nous oppose à notre "ennemi héréditaire", sur le plan de l’élégance vestimentaire, l’Angleterre, représentée par sa Reine, – que les Français, malgré tout, adorent pour son élégance si singulière -, vient de marquer un point décisif, comme le montre cette photo.

Manifestement, "l’élégance française" est en recul, malgré les efforts de nos Grands Couturiers…..

Mais notre "Grand Président" a une excuse: souffrant de la solitude des célibataires, dans son Grand Palais de l’Elysée, il n’a personne auprès de lui, pour lui raccourcir les bas de pantalon, depuis qu’il a répudié Valérie.

Car aux dernières nouvelles, Julie Gayet ne saurait pas se servir d’une machine à coudre….

On imagine le sourire discret du Prince Mountbaten, et son échange de regard avec la Reine, levant les yeux au ciel….

Buonaparte.


Bonaparte

Je suis plongé depuis plusieurs jours dans la lecture passionnante d’une volumineuse biographie ( 683 pages ) de "Bonaparte" de Patrice Gueniffey ( nrf Gallimard ). Une de plus. Car les biographies de ce personnage de légende n’ont pas manqué depuis la fin du règne de Napoléon….

Ce livre retrace l’histoire du jeune Bonaparte, avant qu’il ne devienne L’Empereur Napoléon. Une histoire qui partant de la période peu connue, car rarement évoquée, des années d’enfance corse, jusqu’à la proclamation du Consulat à vie, en 1802, où, avant de s’arroger le titre d’Empereur, il rétablit à son profit une forme nouvelle de monarchie héréditaire.

Toute la trame du Livre repose sur la recherche, par l’auteur, des ressorts profonds de la mutation du personnage de Bonaparte, avant qu’il ne devienne Napoléon.

On est frappé, tout au long de cet ouvrage, par la vulnérabilité sentimentale de ce personnage, amoureux fou de celle qui va accompagner son ascension, et la servir. Et l’ascension de Bonaparte a été bien plus laborieuse que ne nous l’ont enseigné nos professeurs d’Histoire !!!Il a dû affronter les railleries de ceux qui, à Paris, trouvaient son accent corse ridicule, se moquaient de sa petite taille, de son manque d’élégance vestimentaire, et pardessus tout lui reprochaient ses origines corses, venant d’une île fraîchement rattachée à la France, après s’être battue pour son indépendance.

Il a dû ruser, intriguer, se servant de ses amitiés parmi lesquelles, Robespierre, puis négocier avec les membres du Directoire, éliminer des concurrents en jouant des coudes pour obtenir le commandement des Armées pendant la campagne d’Italie où il révélera au Directoire, impressionné par ses victoires, ses qualités de stratège hors-pair, mais aussi son art de gouverner, tel un élève de Machiavel, qui faisait merveille dans les Etats nouvellement conquis sur le front italien.

En fait cet ouvrage s’attarde plus sur l’aventure du Bonaparte Premier Consul que sur le chef de guerre.

Devenu Premier Consul, il s’appliquera à relever les ruines héritées de la Révolution," avec une intelligence, une énergie et une efficacité incomparables".

Car au passage, l’auteur évoque le terreau sur lequel l’arbre napoléonien va planter ses racines. La terreur, l’hystérie des révolutionnaires, les batailles livrées contre les monarchies européennes horrifiées par ce qui se passe en France, ont laissé une France exsangue, épuisée, privée d’une partie de ses élites qui ont dû émigrer pour fuir la guillotine.

La France est surtout un pays divisé, car il est faux de laisser croire, selon la Légende répandue depuis la IIIème République, que l’euphorie révolutionnaire est partagée par tout le pays.

Dans le tréfond de l’âme populaire subsiste une réticence à l’égard de ceux qui ont tué, volé, pillé partout où se trouvaient des richesses accumulées au cours des siècles par la grande et la petite noblesse. De même que le peuple perçoit, confusément que, à l’arbitraire de la Justice royale, se substitue une Justice révolutionnaire tout aussi suspecte par son sectarisme. De même, également, que la volonté de quelques illuminés de supprimer,- au nom des Lumières (!!!!)- toute trace du culte catholique consacré à l’amour du Christ, au nom d’un Dieu tout Puissant, pour le remplacer par le culte fumeux de "l’Etre Suprême" se heurte à un scepticisme répandu….

C’est sans doute de cette époque que datent les symptômes d’une profonde division des Français, en deux camps, le camp vainqueur, celui des insurgés, ne concevant l’achèvement de son oeuvre qu’après avoir détruit l’autre camp, le tout au nom de valeurs et d’un discours qui tranchent avec la réalité historique. Combien d’innocents auront péri, sous la Terreur, pour avoir été dénoncés par des libelles circulant en sous-main, pour des crimes qu’ils n’avaient pas commis…..

C’est de cette époque que date la difficulté, pour les Français, d’accéder à un dialogue social apaisé: la "Révolution" a profondément marqué la culture de ce pays, éternellement partagé en deux camps s’affrontant dans un rapport de force qui doit nécessairement faire plier l’autre ou le détruire, ce qui exclue toute perspective de compromis, le terme de "compromis" lui même étant entaché de suspicion de trahison….

Bonaparte a parfaitement analysé la situation du pays. Il sait que pour accomplir son destin de conquérant, il a besoin d’un France rassemblée, car la France n’est jamais aussi forte que quand elle est rassemblée. Pour cela, la France a besoin de transcender ses divisions dans une sorte de fuite en avant, à la recherche de la gloire,et du prestige de la Victoire. Les Français, pour rester unis, ont besoin d’un ciment, et ce ciment, c’est la fierté que leur inspire leur pays au quel ils attribuent une vocation à servir d’exemple Universel.

Il a compris également que la Révolution n’avait pas réussi à anéantir l’attachement des Français au prestige monarchique ; c’est cela qui le conduira sur la pente du pouvoir personnel. Et c’est sur cet attachement que Bonaparte s’appuiera pour légitimer son couronnement.

L’éditeur nous annonce que ce "Bonaparte" sera suivi d’un "Napoléon" du même auteur.

Je dois à la franchise de dire que j’ai toujours trouvé le personnage de Bonaparte intéressant, sinon attachant, alors que celui de Napoléon, Empereur des Français m’est apparu, au fil du temps, beaucoup moins sympathique. Je le rends responsable, à son tour de l’affaiblissement de la France qui, pour servir ses ambitions et son orgueil, a sacrifié les meilleurs et les plus courageux,  de ses hommes.

Mais Bonaparte reste, dans l’imaginaire des Français, comme le modèle de "l’homme providentiel", qui surgit à un moment de leur Histoire, pour accomplir un destin d’exception, et empêcher le pays de sombrer dans l’irrémédiable déclin où l’entraînent des "illuminés", qui, après s’être emparés du "message des Lumières" pour en détourner le sens à leur profit, ont l’étrange conviction d’être, seuls, au service du Bien….

La seule question qui vaille.


cote confiance hollande

Source "lepoint.fr"

L’interview traditionnelle du Président de la République, à l’occasion de ce 14 Juillet, n’a convaincu personne, sauf les rares partisans et courtisans qui "grenouillent" autour de l’hôte de l’Elysée.

De cet entretien , pour ceux qui lui ont consacré une parcelle d’attention, se dégage une impression curieuse. En fait, le sentiment partagé, est celui d’avoir écouté un autiste, et de n’en avoir rien retenu, tant le propos semble se situer hors des temps que vivent les Français et éloigné des angoisses de ceux qui redoutent le pire pour la France.

Les journalistes choisis pour questionner ce Président qui, à force de normalité est devenu, aux yeux des Français, un personnage banal, et sans relief, ces journalistes, donc, se sont bien gardés de lui poser la seule question qui vaille:

"Comment peut-on encore prétendre gouverner la France, quand on a perdu durablement et à ce degré, la confiance des Français ???".

Serions-nous en présence d’une nouvelle forme de déni de démocratie ??? Dans une telle situation, de Gaulle aurait tiré, depuis longtemps, les conséquences d’un tel désaveu de l’opinion.

Manifestement, le "costume gaullien" qui sied à un Président de la Vème République, est devenu démesurément grand pour un personnage dont l’envergure ne dépasse pas celle d’un sous-Préfet de province, qui excelle dans l’inauguration des chrysanthèmes, et dans les commémorations du passé, à défaut d’être capable de proposer aux Français un destin et de vraies perspectives d’avenir…

Chrysanthèmes

Sauvons le Titanic…


Bateau

"Le Point" sortait il y a peu de temps, un numéro consacré à ceux qui coulent le Navire France.

Il ne s’agissait pas  des ces "marins" de la CGT, qui, à force de grèves imprévisibles et répétées, ont mis fin à la "carrière" française du paquebot transatlantique "France" qui, devenu inexploitable, a dû cesser de relier Le Havre à New York. Racheté par une Compagnie Norvégienne, il a continué, par la suite, une brillante carrière de navire de croisières. Une sorte de préfiguration ce qui se passe aujourd’hui avec la SNCM, la Compagnie qui relie la Corse à la France….

Il s’agissait de ces entreprises, minées par des Syndicats qui, profitant des protections que leur assure une "liberté syndicale", elle même légitime dans un pays démocratique, pour abuser de leur pouvoir de nuisance, jusqu’à mettre à terre des entreprises qui, en créant des richesses qui font vivre ceux qui y travaillent, en exigeant, ensuite que "l’Etat" y prenne une participation au Capital ce qui, pour ces syndicalistes imbéciles, constitue la garantie d’une emploi stable. Du moins le croient-ils, ou font-ils semblant d’y croire…

Les exemples nombreux que "Le Point" évoquait, illustraient de manière significative, les maux dont souffre la France, handicapée par l’impossibilité d’établir des relations saines et constructives dans les entreprises, entre "patrons" et salariés syndiqués, réfractaires à toutes réformes et intraitables dés lors qu’il s’agit de protéger des "avantages acquis".

Naufrageurs

L’expression favorite des dirigeants syndicalistes, lorsqu’ils s’expriment à la faveur d’un conflit c’est "la recherche d’un rapport de force", ce qui, d’emblée exclue la possibilité d’un "dialogue social" apaisé.

Il existe, dans l’économie française, un certain nombre de "forteresses" syndicales, quasi inexpugnables depuis la Libération. Elles sont l’héritage de la période ou de Gaulle a dû partager le pourvoir avec le Parti Communiste, qui profitant d’un soutien populaire qui s’est évanoui avec le temps, s’est emparé, à travers son prolongement dans les entreprises qu’a toujours été la CGT, de secteurs stratégiques dans l’économie : les transports, la sidérurgie, la production d’énergie, les installations portuaires, et tout ce qui permet en cas de conflit social de paralyser tout ou partie de la Nation.

Mais l’un des secteurs où l’action syndicale rend toute réforme structurelle impossible, et où fleurissent des générations de marxistes, qui depuis des lustres ont fait de ce secteur un bastion où s’expriment leurs fantasmes idéologiques, au détriment de notre jeunesse, c’est le secteur de l’Education Nationale.

Car, savez-vous quelle est la plus grande des administrations au monde après l’armée chinoise, celle où les syndicats mènent, entre eux, une lutte acharnée pour conquérir des positions leur permettant de négocier avec les Gouvernements, de Droite comme de Gauche, en situation de force, des "avantages" pour ne pas dire des "privilèges" souvent obtenus en mettant en avant l’intérêt de notre jeunesse ???

Cette administration puissante, c’est l’Education Nationale française : 1 418 744 personnes (plus que ce que comptait l’ Armée Rouge dans l’ex-URSS).

Et sur ce chiffre, il y a moins d’1 million d’enseignants !

C’est à dire qu’il y a 512 087 "administratifs" (hors restauration dans les cantines scolaires et services annexes).

Savez-vous que sur ces 512 000 personnes, une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale a trouvé 37.664 salariés qui n’apparaissent que dans la colonne "dépense de personnel" et dont personne ne sait ce qu’ils font (en plus des 30.000 "détachés" qui n’ont jamais enseigné…et sont en fait des agents électoraux, ou syndicaux ) .

Surprotégés, ils bénéficient du soutien des nombreux députés de nos Assemblées issus de la Fonction Publique, et particulièrement de la Fonction Publique enseignante….

Le coût de cette gigantesque et ruineuse plaisanterie ? 650 milliards de Francs par an, soit le prix de 52 porte-avions nucléaires de 36 000 tonnes (avec hélice en état de marche).

Il y a aujourd’hui 459 600 élèves de moins qu’en 1991, mais 247 000 enseignants de plus.

Les résultats : sur 726.000 jeunes qui quittent chaque année le système, le ministère reconnaît lui-même que 439 000 n’ont "aucune réelle formation".

Il y a aujourd’hui 236.583 étudiants en "Sciences humaines et sociales" dans les Facs : chacun coûte 48.000 € par an à la collectivité.

Et tout le monde sait qu’il n’y a qu’une poignée de postes à pourvoir dans ce Secteur (5.000 "sociologues" par an ? peut-être 10 000 ?). Alors que la France manque d’ingénieurs, d’entrepreneurs, donc de "créateurs de richesse", on forme avant tout des "brasseurs d’idées" pour ne pas dire des "brasseurs de vent", sur les maux dont souffrirait notre société qu’ils ne rêveront, plus tard, que de mettre à bas, afin de mettre en application l’enseignement orienté qu’ils ont reçu….

Rappelons que l’OCDE a classé la France très loin des autres nations Occidentales en comptant 40 % d’illettrés en France (capacité à lire, comprendre et résumer en cinq lignes un texte simple de 20 lignes).

Enfin, vous ne serez pas surpris d’apprendre que sur les 13 meilleurs Lycées parisiens en matière de résultats au bac, 11 sont des Lycées privés…..

Alors, qui s’étonnera, après cela de voir le navire France, s’enfoncer, lentement, mais sûrement, dans les flots ????

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/13/la-popularite-de-francois-hollande-continue-de-plonger_4456211_823448.html