Choc de Civilisation ???


Orient OccidentSamuel Huttington, dans un livre (1) qui eût un certain retentissement, il y a déjà quelques années, lançait un pavé dans la mare de ceux qui, depuis des lustres, nous expliquent que l’avenir de l’Europe, c’est l’immigration, et que nous devons nous résoudre à "assumer" nos « racines musulmanes »….
Ce Professeur à l’Université de Harvard qui fut membre du Conseil national de Sécurité américain, était considéré par Henry Kissinger comme l’auteur du « livre le plus important depuis la guerre froide », alors qu’un autre Secrétaire d’Etat à la Défense américain, Zbigniew Brezinski considérait le travail d’Huttington comme « un tour de force intellectuel : une œuvre fondatrice qui va révolutionner notre vision des affaires internationales ».
Bien évidemment, la classe politique française et européenne s’est empressée de condamner les thèses de cet ouvrage, en les considérant comme « des prédictions auto-réalisatrices » !!!!

Comme si le fait d’évoquer les menaces de plus en plus précises qu’un Islam en pleine résurrection fait courir à notre civilisation, rendait ces menaces quasi inévitables.

En fait, ce point de vue n’est que le reflet de la lâcheté d’une génération politique européenne, culpabilisée par un passé colonial qu’elle est incapable d’assumer, et qui redoutant d’affronter les conflits potentiels préfère ignorer les menaces plutôt que de les affronter.

Il est, en outre, la conséquence de la « vassalisation » de la France et de l’Europe, par la puissance financière des monarchies du Golfe, qui de toutes sortes de manières, exercent une influence directe sur nos orientations politiques, dès lors qu’il s’agit de l’Islam et du monde arabe en général. Des puissances financières qui sont loin d’être neutres dans les nombreux conflits qui, sur toute la planète, se multiplient, provoqués par un Islam conquérant, intolérant et menaçant.
La question que pose Huttington, tout au long de ce volumineux ouvrage peut, en simplifiant sa thèse, se résumer ainsi : « Saurons-nous apprendre à coexister avec l’Islam, ou bien nos différences culturelles nous pousseront-elles vers un nouveau type de conflit, plus violent que ceux que nous avons connu au XXème siècle ??? ».

Car pour Huttington, les peuples se regroupent et serrent les rangs autour de leurs affinités culturelles : c’est ce qui explique qu’aux « chocs des idéologies » du siècle dernier, se substitue peu à peu, un « choc des civilisations ».

Je ne possède pas la réponse à cette grave question.
Mais ce que j’affirme, c’est que , au vu de l’évolution récente des évènements, la question posée par Huttington n’est pas absurde.

L’argument qui lui est opposé, aujourd’hui, par nos « zintellectuels », c’est que les victimes de la menace Djihadiste, telle qu’elle se développe à l’heure actuelle, ne sont pas que des Chrétiens, ou des minorités de « mécréants » au sens coranique du terme, et que nombreux sont les musulmans qui paient de leur vie leur refus d’un fondamentalisme totalitaire.
Certes. Mais le but de toute stratégie terroriste est de faire basculer, par la terreur, les «  modérés » dans le camp de ceux qu’ils considèrent comme les futurs vainqueurs. C’est qui explique probablement le grand silence de ceux qui sont censés s’exprimer en leur nom.
L’évolution de la guerre d’Algérie devrait nous servir d’expérience. Une expérience douloureuse. Au départ, les «rebelles» sont une minorité. Mais une minorité, dont les méthodes, ( égorgements, exécutions, émasculations, amputations, etc…) sont conçues pour terroriser ceux qui, fidèles à la France, se s’engagent pas à leurs côtés, est parvenue avec le temps, à les faire basculer à son profit.

On comprend alors que le fait d’ignorer une menace ne la fait pas disparaître pour autant. On connaît l’apostrophe célèbre de Winston Churchill :  "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."

Car, comment ignorer le fait que la menace d’un Djihadisme internationalisé se rapproche et atteint des parties du monde qui nous sont de plus en plus proches. Sans parler de la menace qui couve, chez-nous même, sous la forme de « djihadistes dormants », et qui finira par exploser le jour où seront rentrés « chez-eux » ceux qui sont allés s’aguerrir en Afghanistan, en Syrie, en Irak et bientôt en Lybie ???

Et le danger se rapproche dangereusement, au point que certains pays du Maghreb s’en inquiètent et mobilisent des troupes pour se préparer à une défense armée de leurs frontières.

Ce n’est certes pas en lisant la Presse française que l’on sera informé de l’avancée de ces menaces. Il faut lire la Presse tunisienne pour apprendre que le Qatar a transporté 5000 terroristes de l’EIIL en Libye !!!
C’est Rafik Chelly, ex directeur de la sécurité présidentielle (1984-1987), ancien haut responsable des services de renseignement tunisien et actuel secrétaire général du « Centre Tunisien des Etudes de Sécurité Globale », qui vient de l’affirmer dans une interview au quotidien arabophone Attounissia. Cela signifie qu’après avoir activement contribué à l’embrasement de la Syrie et de l’Irak, le Qatar veut déplacer le feu de la guerre civile et de la barbarie en Libye, c’est-à-dire, inévitablement, en Tunisie et en Algérie.
L’Algérie s’en préoccupe vivement et on peut lire, dans El Watan, ceci :
« Les lubies de BHL et du gouvernement va-t-en-guerre de Sarkozy ont fait beaucoup de dégâts dans ce pays à défaut de printemps arabe, et après le peuple libyen, c’est l’Algérie qui risque de payer le plus, le chaos dans lequel se précipite le pays. Car l’Algérie ne peut garantir à elle seule l’étanchéité des frontières sachant que de l’autre côté c’est la débandade. Situation idéale pour les organisations terroristes qui n’en demandent pas plus pour installer leurs bases.
L’épisode Tiguentourine est le témoin historique du basculement qualitatif de la menace venue du Sud-Ouest. Le groupe terroriste qui a pris d’assaut la base de Tiguentourine s’était infiltré depuis la Libye. L’arsenal libyen étant tombé dans des mains ennemies et l’espace vaste extrait aux radars, les groupes d’AQMI et ensuite ceux du Mujao, Ançar Charia et Al Mourabitoune ont vite fait d’investir ce «nouvel espace vital» pour venir occuper des positions stratégiques à nos frontières.

Le bourbier libyen est une menace pour toute la région, et depuis la naissance de Daesh et son avancée dans la Syrie et l’Irak, l’espace libyen devient un enjeu stratégique pour réaliser les ambitions «califales» de ce groupe et le redéploiement de son vrai-faux rival, Al Qaîda. »
Lire la suite sur El Watan: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/08/revue-de-presse-terrorisme-au-sahara-le-role-essentiel-de-lalgerie/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=e0fe98baf0-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-e0fe98baf0-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)#sthash.Cxpjtw7X.dpuf
Selon la même source, « les Américains, qui ont créé le bourbier irakien, le bourbier syrien et fermé l’œil sur la création du bourbier libyen, chercheraient peut-être à «sous-traiter» leur action dans la région à l’Algérie, louée régulièrement par la superpuissance comme le rempart le plus sûr contre le terrorisme dans la région ».( El Watan).

Comme ils ont « sous-traité » les opérations dans le Sahel, auprès de la France ???
Mais il n’y a pas que les trois états du Maghreb qui se sentent menacés. Le Liban redoute que les Djihadistes qui opérent en Syrie ne débordent ses frontières, alors qu’il subit déjà, la pression du Hezbollah. L’Egypte s’inquiète, également, et a pris, à l’encontre des "Frères Musulmans" qui revendiquaient le pouvoir dans ce pays, des mesures de répressions sévères, qui n’ont pas fait disparaître le danger.
Et il est inutile d’insister sur les nouvelles menaces qui ne tarderont pas à affecter Israël.

C’est dire que la tache des conquêtes du "fondamentalisme" sur la carte, est appelée à s’élargir dangereusement pour un Occident qui ne dormira pas longtemps encore, sur ses deux oreilles.

Devant ce danger aux proportions planétaires, nos dirigeants naviguent « à la godille », selon leurs habitudes. Cela est vrai pour la France, mais aussi, pour l’Europe, et plus encore pour l’Amérique où Obama se révèle ( lui aussi ) comme le pire des Présidents que l’Amérique ait jamais eue : ses « absences », ses atermoiements, ses reculades lui ont retiré tout crédit international, et on considérablement retréci le prestige de l’Amérique dans les pays arabes.

L’islamisation de la France, perceptible par chaque français, et par chaque étranger habitué à visiter la France, progresse jour après jour. Soigneusement minimisée par l’oligarchie, elle se manifeste non seulement par la multiplication des lieux de culte, mais par la transformation, la ”dé-francisation” de zones entières.

La crainte que suscite cette islamisation est en quelque sorte ”anesthésiée” par les discours pleins de duplicité des autorités islamiques officielles, avec l’oxymore passe-partout de l’ ”islam modéré” ou de « l’islam laïc ».
En réalité, l’islam agit, dans cette montée des tensions ethniques, comme un levain. Et ce, dans un climat international de guerre globale Djihad/Occident, qui fait que l’Occident ne pourra pas continuer à feindre d’ignorer ce « climat »….

Notre classe politique n’a pas eu le courage de tirer au clair l’attitude des pays du Golfe, qui dans une ambiguïté aveuglante, jouent sur deux tableaux, pour tenter de protéger les intérêts colossaux de monarchies qui, selon les critères que l’on applique, – au nom de "nos valeurs" -, à d’autres Etats, devraient être, et depuis longtemps, « infréquentables ».
D’un côté, ces monarchies jouent sur leur position de fournisseurs incontournables des énergies indispensables à notre survie économique, sur leur position de clients potentiels pour nos industries d’armement, et sur leur qualité d’investisseurs qui, notamment, financent notre dette, ce qui nous place, dans une certaine mesure, sous leur dépendance.
De l’autre, elles financent toutes les organisations terroristes qui nous menacent : après Al Qaida, c’est aujourd’hui le mouvement djihadiste de l’E.E.I.L… A telle enseigne que ces monarchies du Golfe commencent à s’interroger sur le danger qu’il y a à financer ceux qui un jour s’attaqueront à leurs intérêts.

Les pays occidentaux, parmi lesquels la France, ont une responsabilité dans l’émergence d’un Djihadisme dangereusement armé, et pourvu de ressources financières sans précédent.
Emportés par un élan à la fois naïf et généreux, certains ont cru à la réalité du « Printemps arabe », rêvant de l’éclosion en chaîne de régimes démocratiques se substituant à des Dictatures claniques, ou reposant sur des fidélités tribales. J’ai exprimé, sur ce blog, de lourdes réserves sur une analyse superficielle des aspirations du monde arabe, suggérant qu’à un Printemps illusoire succédera vite un automne puis un hiver rigoureux . http://berdepas.wordpress.com/2012/08/20/printemps-arabes/ )

Combien d’expériences malheureuses faudra-t-il vivre, dans les pays arabes, pour admettre que la culture héritée non seulement du Coran, – la seule Loi qui s’impose aux croyants -, mais aussi de l’organisation d’une société traditionnelle basée sur des solidarités familiales, liées entre elles par des liens tribaux, et souvent scellés par des liens de sang, qui rend le monde arabe réfractaire à la Démocratie occidentale ???
Combien d’erreurs faudra-t-il assumer avant d’admettre que les minorités, chrétiennes et autres, étaient mieux respectées sous Saddam Hussein, Moubarak, ou sous Bachar El Assad ???

Nous nous sommes un peu vite félicités de la chute de ces dictateurs et nous n’avons pas vu le danger que représentait un Islam de combat, tapi dans l’ombre, qui attendait son heure pour s’emparer du pouvoir et installer le Califat qui est le rêve de ces fanatiques obsédés par un retour aux sources de leur religion et à l’époque du Prophète…
Partout où se sont effondrées des structures étatiques certes imparfaites, s’instaure une chasse aux « mécréants », et une véritable épuration religieuse, et ce, même dans les pays apparemment les plus modérés sur le plan religieux.

Les Russes, confrontés avant nous, à un Islamisme messianique, en Tchétchenie, en Afghanistan, et qui comptent environ 50 millions de musulmans sur leur territoire, lui-même entouré de pays musulmans à ses frontières, jugent notre politique arabe suicidaire.

Et qui oserait, en France, émettre l’idée qu’ils n’ont pas tort ???

La Russie, elle-même, se trouve à un carrefour : selon Huttington (1) ( Page 205 ) « la Russie doit-elle adopter les valeurs, les institutions, et les pratiques occidentales, et tenter de s’intégrer à l’Occident ? Ou bien incarne-t-elle une civilisation orthodoxe et eurasiatique différente de l’Occident et dont le destin serait de relier l’Europe à l’Asie ??? ».
Toujours page 205(ibid.) : « Les nationalistes modérés comme Sergei Stankevitch pensent que la Russie doit abandonner la voie « atlantiste » , avoir comme priorité la protection des russes qui vivent à l’étranger, développer ses relations avec la Turquie ??? » et plus loin » redéployer ses ressources, ses orientations, ses relations et ses intérêts en faveur de l’Asie ». Ils reprochent à Elstine d’avoir réduit la puissance militaire russe, et d’avoir échoué dans la défense de la Serbie.
Et l’Eglise Othodoxe, encore puissante en Russie, et bien moins « tolérante » que l’Eglise Catholique en France, veille au grain….
Grâce à cela la Russie espère échapper au « choc des civilisations ».

Ce n’est pas certain, mais ce qui est probable, c’est que ce « choc » s’il doit se produire, se produira d’abord en Europe occidentale, idéologiquement affaiblie par des décennies de culpabilisation face au monde musulman, où les réflexes de défense et la capacité de réaction sont érodées par les accusations permanentes d’islamophobie .

Au contraire de la Russie où l’Eglise Orthodoxe « veille au grain », en Europe occidentale ce sont les organisations anti-racistes qui veillent au grain.
Et notre société n’a plus les moyens d’extirper le danger, car « le ver est dans le fruit ».
(http://berdepas.wordpress.com/2010/10/24/prosternation-ou-halal-%D8%AD%D9%84%D8%A7%D9%84est-grand/)
(1) – Samuel Huttington. « Le choc des civilisations ». Editions Odile Jacob. 2002.Poche.

( à suivre ).

Regards obliques.


Hollande imbécileL’actualité de la vie politique française, particulièrement riche en péripéties depuis quelques semaines, détourne notre regard de ce qui se passe dans le reste du monde.

Il aura fallu que les Djihadistes de l’EEIL déclenchent une offensive accompagnée d’un génocide des Chrétiens et des autres minorités en Irak pour que l’on s’intéresse, enfin sérieusement, au sort des Chrétiens, –  sur lequel j’écris ici très souvent  – , dans l’ensemble du monde musulman.
Qui s’intéresse encore, aujourd’hui, à ce qui se passe au Mali, au Centre-Afrique, au Sahel en général, où les troupes françaises sont engagées, et plus près de nous, au Maghreb ???
Pour le savoir, il faut parcourir la Presse africaine …
Dans notre monde, une actualité chasse l’autre, et il est devenu difficile de mettre en perspective des évènements qui se succèdent à vive allure. Les médias ne s’intéressent qu’au sensationnel, à ce qui fait le Buzz, mais négligent tout ce qui nécessiterait approfondissement, analyse et réflexion.
Or, autour de cette Europe à la quelle est lié notre destin, les choses bougent, et nul ne peut rester indifférent au nouvel état du monde qui est en train de naître sous nos yeux.
Inquiet pour l’avenir de nos enfants et petits enfants, je m’interroge sur cet « état du monde » que nous allons leur léguer.
Je me propose, en quelques billets, d’exprimer mon inquiétude et de faire partager des interrogations personnelles sur un futur dont la maîtrise semble, par moments, nous échapper.
Car, si l’Europe, gagnée par la stagnation, semble pétrifiée et se complaire dans un immobilisme économique comparable à celui du Japon des décennies 90 à 2.000, autour d’elle des mouvements d’une ampleur tectonique se produisent, dont les conséquences ne doivent pas échapper à notre analyse.
En moins de deux décennies, les états dits « émergents » se sont taillé une place majeure dans les échanges internationaux ainsi que sur le terrain diplomatique et militaire.
Alain Peyrefitte dans un ouvrage célèbres intitulé « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera », écrivait, dans les années soixante, que nous prendrons conscience du « nouvel état du monde » lorsque des porte-avions chinois croiseront au large de nos côtes, en Méditerranée.Nous y sommes…presque.
La France qui ne joue plus dans la cour des « grands » depuis la fin de la dernière guerre et surtout, depuis la perte de son « Empire », essaie, désormais, de préserver ses intérêts, par une action diplomatique prolongée parfois par une action militaire limitée par ses ressources affaiblies en temps de crise. Elle est peu soutenue par ses « partenaires » européen, qui depuis la fin de la dernière guerre, semblent avoir confié, avec un certain aveuglement, l’avenir de leur sécurité au « parapluie » américain.
La réintégration de la France, dans les forces de l’OTAN n’a pas renforcé ses moyens d’action. Bien au contraire, elle aurait tendance à freiner, voire à entraver ses initiatives, par la nécessité d’en référer à ses partenaires européens. Elle l’empêche de développer toute action autonome, sauf à accepter les critiques de ces mêmes partenaires, pourtant peu enclins à s’engager dès lors qu’il faut faire des choix diplomatiques difficiles et encore moins, s’il faut prendre des risques sur le plan militaire….
Or la plupart des auteurs qui se consacrent à l’analyse des bouleversements géopolitiques qui se produisent autour de nous, mettent l’accent sur plusieurs paramètres, en cours d’évolution rapide.

Nous sommes confrontés à deux problématiques majeures pour les années qui viennent. L’une concerne l’Europe, et notre capacité à influer sur son évolution politique, et à en assumer les choix, – ou les non-choix – sur le plan stratégique , l’autre concerne notre positionnement face à la montée d’un Islam qui ne masque plus ses ambitions et ses projets.

La problématique européenne est confrontée à des choix décisifs, et à très court terme. Des choix qui risquent d’avoir des conséquences majeures à long terme.
1.- L’Europe doit rapidement s’interroger sur l’évolution de ses relations avec la Russie. De Gaulle, dernier homme d’Etat visionnaire que la France ait connu, veillait à maintenir un équilibre, fragile certes, mais réel , entre l’Amérique et l’Empire Soviétique.
Notre alignement progressif sur les Etats Unis, notre entrée dans l’OTAN, les ambitions de l’OTAN d’étendre sa zone d’influence aux limites des frontières de la Russie, risque d’accentuer un mouvement de rapprochement de Poutine avec la Chine, déjà en cours, ce qui ne serait pas sans conséquence pour l’Europe.

Est-ce bien le moment de prendre le risque d’être entraîné dans un conflit armé avec la Russie, et d’exposer l’Europe à une guerre , une fois de plus fratricide ??? Une guerre dont on ne comprend pas clairement quels sont les enjeux . L’entrée, décidée on ne sait par qui et comment, de l’Ukraine dans la Communauté européenne, et son adhésion à l’OTAN, justifient-ils un conflit armé qui enfoncerait un peu plus l’Europe dans ses contradictions, juste pour satisfaire de vagues ambitions américaine d’extension de sa zone d’influence ??? Nous sommes déjà devenus les supplétifs de l’Amérique en Afrique. Faut-il qu’en Europe également, nous nous abaissions à servir ses intérêts ???
Car l’Europe ne peut se détourner complètement de la Russie, pour plusieurs raisons :

- La protection des Etats Unis ne nous est pas acquise de façon certaine, à très long terme. Les considérations stratégiques, l’évolution économique, les phénomènes d’attraction commerciale, l’évolution démographique de ce pays, pousseront les Etats Unis à se tourner de plus en plus vers le Pacifique, et à se détourner de l’Atlantique.
- La Russie possède un immense réservoir de matières premières inexploitées, sans parler des réserves d’énergie dont l’Europe aura besoin pour poursuivre son développement. L’Allemagne qui a fait le choix malencontreux d’abandonner le nucléaire, est devenue dépendante du gaz russe.
- Les conflits du Moyen-Orient, l’insécurité croissante de nos sources traditionnelles d’approvisionnements en pétrole, font de la Russie, et peut-être même de l’Iran, des sources incontournables dans un futur proche.
- -La Russie de Poutine, même si on a peu de sympathie, en Europe, pour le personnage, s’ouvre peu à peu à la prospérité : elle possède une oligarchie de "milliardaires", certes, constituée d’anciens apparatchiks communistes qui ont « profité » de la privatisation de l’économie engagée sous Elstine. La Russie est encore une démocratie inachevée et fragile. Mais elle possède déjà une classe moyenne en expansion qui peu à peu s’éveille à la liberté et à la société de consommation. C’est dire que la Russie constitue également, un immense marché, aux portes mêmes de l’Europe. Cette Europe en pleine crise, à la recherche de nouveaux débouchés pour sa croissance ne saurait s’en désintéresser.
- Ajoutons enfin, que nous avons culturellement, et humainement, plus d’affinités avec les Russes que nous n’en avons avec d’autres peuples éloignés. Un court séjour à Saint Petersbourg, la plus française des villes russes, suffit pour apprendre que nous avons de nombreuses pages de notre histoire en commun, et pour apprécier la proximité culturelle que nous entretenons avec ce peuple, attiré, depuis toujours, par la culture française, par sa langue. Et quel européen possédant un minimum de culture ignore l’œuvre d’un Tolstoï, d’un Dostoievsky, celle d’un Stravinsky,d’un Prokofiev, ou d’un Rachmaninoff, ou le souvenir laissé à Paris, et dans toute l’Europe, dans un domaine où les Russes excèllent, celui de la danse classique, par un Noureev, un Nijinsky, un Diaghilev, et j’en passe… ???
- Ces affinités culturelles ne sont pas négligeables quand on sait que parmi les menaces les plus graves qui pèsent sur l’avenir de nos enfants, il y a celles qui pèsent sur notre culture et à travers elle, sur notre civilisation. Avec les Russes, nous partageons des racines chrétiennes, une même sensibilité dans les domaines littéraires, musicaux, de la peinture de la sculpture et de la danse.
- La « propagande » anti-Poutine développée sous l’impulsion d’intérêts purement américains ne doit pas nous aveugler. Poutine n’est pas un ange, certes. Mais Poutine n’est pas la Russie, au regard des perspectives historiques.
- Et Poutine, dans son pays, est-il pire qu’un de Gaulle, qui après avoir été accusé d’être le fomentateur du « Coup d’Etat permanent » a été mythifié pour s’inscrire dans la légende historique française ???
- Car de Gaulle,- à qui nous devons nos solides Institutions – qui s’en souvient vraiment ???

Pardon pour ce point de vue iconoclaste, mais à 80 ans, je n’ai pas oublié le bombardement en Mai 1945, des Algériens à Sétif par l’aviation et la Marine française occulté par nos historiens, alors qu’il présidait le Gouvernement provisoire de la République, bombardement qui a peut-être été le déclencheur d’une tragédie qui a duré 8ans ??? Et qui se souvient du S.A.C., ces « barbouzes » qui « éliminaient » les contestataires du « régime » ??? Qui peut croire qu’à cette époque, la Presse était libre, alors que le « Ministre de l’Information » contrôlait chaque jour les programmes de nos chaînes nationales de Télévision ??? Je pourrais allonger ma liste…mais ce n’est pas là mon propos.

- Je veux seulement dire que même les plus grands hommes politiques ont parfois franchi la ligne des règles de la morale publique…. Je veux seulement dire que notre antipathie vis-à-vis de Poutine, subtilement entretenue par une propagande surprenante, ne doit pas nous aveugler, et nous faire perdre de vue nos intérêts à long terme….

2- A un moment où nous emboîtons le pas aux Américains en cherchant à imposer au reste du monde un modèle économique,- le « libre échange »- et idéologique – « les Droits de l’Homme, un concept hérité de la morale chrétienne » – dont il est de plus en plus évident qu’il est rejeté par des peuples hermétiques à notre « civilisation » car ils sont héritiers d’une autre culture, comment ne pas s’interroger ???
L’échec des interventions occidentales dans les pays arabes, où non seulement nous n’avons pu encourager leur basculement vers le modèle démocratique, mais où nous avons suscité, puis, accéléré l’émergence d’un islam agressif et conquérant qui semblait sommeiller dans ces pays, et que seuls, ceux qui y ont vécu longtemps soupçonnaient, mais que la naïveté voire l’aveuglement des ceux qui forment l’opinion en Europe, nous ont masqué…
Tout cela soulève de graves interrogations :
- Sommes-nous dans le bon camp face à la montée de l’Islam ??? celui de l’Amérique qui elle-même a choisi le camps des monarchies Sunnites aux comportements ambigus, qui détiennent, certes, une part non négligeable des richesses du monde, alors que la Russie qui héberge sur son sol 50 millions de musulmans sunnites pour la plupart, – et qui redoute qu’un jour le djihad se déclare sur son sol – a choisi le camp des Chiites et de l’Iran, soit le camp d’un Islam structuré, avec un clergé, un organisation avec laquelle il peut être envisagé de négocier un jour, si nécessaire. Ce qui n’est pas le cas dans le monde sunnite.
- Sommes-nous à la veille de ce « Choc des Civilisations » pré-senti par Samuel Huttington, dont la « prédiction » considérée comme auto-réalisatrice par les maîtres de la pensée unique a été rangée, un peu trop légèrement, au placard des idées fausses ???

Ce sont ces questions que je me propose d’évoquer dans mon prochain billet .

Drôle de Genre…


Belkacem

Madame Najat V-Belkacem, bénéficie, à l’occasion du remaniement ministériel, d’une belle promotion, puisqu’elle devient Ministre de l’Education Nationale.

Tout un symbole. Les Socialistes ont l’art de "manipuler" les symboles. Certains y verront une sorte de nouvelle provocation, tout comme celle du maintien de Madame Taubira à la tête de la Justice….

Madame Belkacem, pré-sentant les critiques qui ne manqueront pas de s’exprimer sur cette nomination, a pris les devants. D’ores et déjà elle entend faire savoir que la "Théorie du Genre" à laquelle son nom restera attaché, reste un fantasme, véhiculé par des "crétins"….

http://www.lepoint.fr/politique/theorie-du-genre-une-polemique-inutile-selon-najat-vallaud-belkacem-27-08-2014-1856941_20.php

Sans aucun doute, elle aurait dû lire ce blog car j’ai vertement contesté ce qu’elle a vainement tenté d’attribuer à une rumeur infondée.

Dans un article consacré à la "rumeur" en question, j’avais publié un florilège de déclarations de personnalités proches des milieux de la Gauche enseignante, de "chercheurs", de psychologues et autres théoriciens d’une éducation "asexuée" à l’école…

Ce recueil de citations en dit long sur les intentions cachées des Socialistes au pouvoir:

"Ce qui est cause, c’est l’hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l’hétérosexualité ne serait pas normale."Eric Fassin, sociologue, promoteur de la théorie du genre en France, professeur à l’Ecole Normale Supérieure.

"Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents." Laurence Rossignol, sénatrice PS, 5 avril 2013, en direct sur France 2, émission Ce soir ou jamais.

"Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s’émanciper… Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel"(Vincent Peillon, Le Figaro, 2/9/2012)

"Toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Eglise"(Vincent Peillon, Une religion pour la République, p. 277, édition du Seuil, 2010)

"Il faut donc à la fois déraciner l’empreinte catholique qui ne s’accommode pas de la République et trouver, en dehors des formes religieuses traditionnelles, une religion de substitution qui arrive à inscrire jusque dans les moeurs, les coeurs, la chair, les valeurs et l’esprit républicain sans lesquels les institutions républicaines sont des corps sans âme qui se préparent à tous les dévoiements"(Vincent Peillon, ibid, p. 34)

"La laïcité française, son ancrage premier dans l’école, est l’effet d’un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l’école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république".(Vincent Peillon, ibid, p. 48)

"Il faut toucher un maximum de gens avec des messages subversifs et politiques."La réalisatrice du film "Tomboy" a propos de son film projeté en classes de primaire. 

"Je suis pour la GPA accessible à tous les couples."Jean Pierre Michel, sénateur PS, rapporteur du texte de loi sur le mariage pour tous au sénat

"Des parents, un géniteur, une gestatrice peuvent permettre ensemble la venue au monde d’un enfant."Najat Vallaud Belkacem, porte parole du gouvernement.

"Il faut en finir avec la filiation biologique."Erwan Binet, député PS et rapporteur de la loi Taubira

"Une femme doit pouvoir avoir accès à la PMA parce qu’elle ne souhaite pas avoir de relations avec un homme."Francois Hollande

"Il s’agit de substituer a des concepts  tels que "le sexe" ou "la différence sexuelle" le concept de "genre" qui montre que les différences entre le différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature mais socialement construites. [...] [La théorie du genre] se borne à dire que les hommes et les femmes ne se retrouvent pas dans leur état biologique et se construisent autrement."Julie Sommaruga, député PS

« Je ne vois aucun inconvénient ni pour les unions à plusieurs, ni pour les unions polygames, ni pour l’inceste. »idem

"Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? C’est faire un distinguo qui est choquant"Pierre Bergé au Figaro


« Admettre la différence des sexes c’est admettre la complémentarité des sexes, donc la domination patriarcale, donc l’oppression et l’aliénation de la femme »
Judith Butler, philosophe féministe du genre.


« Le droit à l’adoption pour les couples homosexuels repose sur une filiation fondée sur la volonté individuelle, et la volonté n’a pas de sexe… »
Daniel Borillo, Sénat


« La famille est une construction sociale créée par les hommes pour dominer les femmes.
Roselyne Bachelot, janv 2013

« Revendiquer l’égalité de tous les individus quels que soient leur sexe et leur orientation sexuelle c’est déconstruire la complémentarité des sexes et donc reconstruire de nouveaux fondements républicains »
« Il s’agit donc de déconstruire la complémentarité des sexes pour transformer en profondeur la société. »
Réjane Sénac, chercheure au CNRS affectée au Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF), enseignante à Sciences-Po Paris et à l’université Sorbonne Nouvelle –Paris 3, source rapport du SNUipp, page 24-25

« Je pense qu’en matière du lien de filiation, le mariage est devenu tout à fait secondaire. [...] Il me paraît évident que le groupe que je préside préconisera d’ouvrir la possibilité d’adoption aux couples non mariés, parce que, tout simplement, ça va de soi. »Irène Théry, sociologue, directrice d’étude à l’EHESS et nommée présidente d’un groupe de travail par Dominique Bertinotti dans le cadre de la Loi Famille

« Pour pouvoir abolir le mariage, il faut d’abord que tout le monde puisse en bénéficier. Ce que vous évoquez est tout à fait envisageable [l’abolition du mariage] […] c’est l’étape suivante ».Caroline Mécary, Avocate au barreau de Paris, festival « Mode d’emploi » à Lyon, nov 2013

« Une proposition que je vous soumets, ce serait de disjoindre la parentalité et la conjugalité – pourquoi ne pas proposer dès la naissance des enfants, disons juste après le sevrage, une disjonction des maisons, c’est-à-dire une résidence alternée dès la naissance. Au moins, les femmes anticiperaient une carrière maternelle comme les hommes anticiperaient une carrière paternelle [...]. Les hommes pourraient envisager des métiers où ils seraient bien obligés une semaine sur deux de s’occuper des enfants. Ce qui veut dire qu’au moment de la séparation, les choses seraient beaucoup plus simples : il n’y aurait plus de séparation puisqu’on serait déjà séparés.» Caroline Mécary, avocate au barreau de Paris, spécialiste des droits des homosexuels, Festival mode d’emploi à Lyon, novembre 2013

J’écrivais, alors :

"Si "rumeur" il y a eu, c’est qu’il n’y a pas de fumée sans feu….

Les craintes exprimées dans les manifestations de colère de ceux qui s’opposaient à ces pédagogies dangereuses étaient bel et bien fondées.

On retrouve, dans ce florilège de déclarations tous les poncifs véhiculés par une gauche sectaire dont le Ministre Vincent Peillon, était devenu un porte-parole agissant.

On est affligé de constater à quel point ces idées délirantes ont pénétré les milieux les plus divers de la "recherche" et du monde enseignant, jusqu’à l’Ecole Normale Supérieure incluse…

On devine dès lors, que le "recul" du Gouvernement n’est que provisoire, dans l’attente du retour au calme des esprits.

Mais les intentions restent intactes…."

Je ne retire pas une ligne de ce que j’ai écrit alors.

PS : Pour le exte intégral, se reporter à :

http://berdepas.wordpress.com/2014/02/17/vous-avez-dit-rumeurs/

Et, pour ceux qui ont des doutes sur le bien-fondé de ces "rumeurs" : http://www.leparisien.fr/nantes-44000/lutte-contre-le-sexisme-au-lycee-la-jupe-pour-filles-et-garcons-a-nantes-souleve-une-polemique-14-05-2014-3840425.php?fb_action_ids=644079915661681&fb_action_types=og.recommends&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582#xtref=http%3A%2F%2Fl.facebook.com%2Fl.php%3Fu%3Dhttp%253A%252F%252Fwww.leparisien.fr%252Fnantes-44000%252

Filipetti s’en va….


La_honte

Aurélie

C’est une grande perte pour le monde des Arts et des Lettres . Grâce à cette Ministre discrète et raffinée, jamais le rayonnement silencieux de la Culture française n’aura été aussi grand.Sa compétence, et surtout, son ouverture d’esprit, reconnues par son entourage fera défaut à la tête de ce Ministère prestigieux.

Chacun, parmi ses proches, sera attristé à l’idée que ce n’est plus elle, qui arpentera  à Cannes, le tapis rouge du Grand Escalier, au moment du Festival, et qu’à sa place, ce sera Fleur Pèlerin qui prendra la lumière…

Elle sera regrettée dans tout ce qui compte, dans le monde des arts de rue, celui des tagueurs, celui des rappeurs et autres "artistes" marginaux, aux quels elle apportait le soutien de son Ministère….

Mais sa prouesse, son exploit politique, son acte emblématique d’adhésion aux "arts contemporains", – ceux qui, aux yeux du peuple, expriment l’originalité, dans la pensée, et dans l’expression artistique – restera l’élévation à la distinction de "Chevaliers des Arts et des Lettres "des membres d’un groupe de Rock (universellement connu ???):

La_honte

(Ouvrir avec Microsoft PPS)

Ces images symbolisent tout ce qui différencie une "sensibilité" de gauche, d’une "sensibilité" de Droite…..

Synthèse….priez pour la France !!!


Hollande bideHollande en vacances, préparant ses dossiers pour la rentrée…

Synthèse : Opération intellectuelle par laquelle on réunit en un tout cohérent, structuré et homogène divers éléments disparates de connaissance, concernant un domaine particulier.( Larousse ).

François Hollande, qui, on en est certain aujourd’hui, est déjà entré dans l’Histoire, en scooter et casqué, se demande, jour après jour comment ne pas "rater sa sortie"….

Dans sa solitude élyséenne, on l’imagine priant, une fois de plus, et sollicitant la protection de celle qui, depuis toujours l’a accompagné dans son ascension : la Synthèse…

Ce virtuose de la "Synthèse", qui, au prix de mille combinaisons, d’alliances temporaires et de retournements d’alliances, de fidélités calculées et souvent suspectes, de trahisons sournoises, de gros et petits mensonges a pu pendant des années, se maintenir à la tête de son Parti, le voici confronté à une situation qui lui échappe et qui échappe à toute tentative de compromis.

Son sens inouï de la "Sainte Synthèse", et la "foi" confiante qu’il a placé en cette protection divine, lui avait pourtant permis de supplanter ses "camarades" à l’occasion de "primaires" dont les affrontements contenaient, en germe, les éléments d’une situation politique dramatique à laquelle la France est aujourd’hui confrontée.

Car, les uns après les autres, les masques sont tombés. Après deux ans et demi de présidence socialiste, la France n’a plus d’illusions.

Ont déjà sombré dans l’oubli, les engagements, les promesses, et les espoirs puérils suscités par ce Président, pendant une campagne électorale où il a bénéficié de facteurs multiples et contradictoires :                                                                                                                                                -L’acharnement des médias à abattre son prédécesseur, la trahison du Centre de Bayrou et celle d’une partie de la Droite, le "dérapage" de son concurrent le plus sérieux dans une chambre d’hôtel de New-York…                                                                                                                                

- La constitution d’un agrégat politique constitué d’un Parti Socialiste issu de la "Synthèse" entre un courant social démocrate tendance libérale, et un courant socialiste tendance Guy Mollet, renforcé par les "forces supplétives" des Verts d’Europe-Ecologie ralliés à sa bannière en vertu d’un pacte léonin arraché pour de pures raisons électoralistes à Martine Aubry,  et complété par une extrême gauche agitée par Mélenchon.

-La peur noire de la "France molle" devant les perspectives du retour au pouvoir d’une Droite, enfin"décomplexée",

- Tous ces éléments lui ont ouvert une porte étroite qui, grâce à une anaphore célèbre et de folles promesses de dernière minute, lui ont permis de devenir le "Président Normal" que la France attendait.

Et pourtant !!! Comment a-t-on pu nourrir autant d’illusions sur le personnage de Hollande avant qu’il ne soit élu ???

Je ne reprendrai pas ici la longue litanie des jugements féroces portés sur sa personne, par ses proches, par ses "amis", par ses "camarades" du Parti, et par ceux qui ont soutenu, par pur calcul sa candidature aux plus hautes fonctions de l’Etat.

La "Synthèse", entre tous ces éléments contradictoires est peu à peu devenue impossible.

Le navire France ("fluctuat nec mergitur") flotte encore. Mais il s’enfonce lentement, et déjà, les premiers rats ont quitté le navire, menaçant la courte majorité dont Hollande dispose au Parlement: après les "frondeurs" du Parti Socialiste, après les "Radicaux de Gauche", après les "Verts" de Mme Duflot, on prend ses distances avec ce "bateau ivre" qu’est devenue la majorité présidentielle.

Un Président humilié par les sondages, contesté dans les rangs de sa "majorité", combattu par ses propres Ministres dans sa politique économique, un Président qui n’a plus aucun crédit en Europe et dont le dialogue avec notre principal partenaire, l’Allemagne, est rompu, un Président aux abois qui, de commémoration en commémoration lance des appels désespérés au rassemblement des Français après les avoir divisés comme jamais avec des "réformes sociétales" destinées à satisfaire l’agitation de minorités, un Président qui prend l’eau, sous une pluie battante, les lunettes embuées, sans même la protection du parapluie d’un entourage d’incapables, prononce un discours insignifiant à l’Ile de Sein, alors qu’à Paris, la France, qui n’est plus gouvernée depuis longtemps, se cherche un "Gouvernement de Synthèse".

Alors, pieusement, les mains jointes on implore. "Sainte Thèse"priez pour lui. Et surtout priez pour la France…..

Car, voyez-vous, ce qui est grave, ce n’est pas tant que la France n’a plus de Gouvernement. Parmi nos voisins, il y a des pays qui vivent fort bien sans gouvernement, depuis des mois…

Non, ce qui est grave, c’est que la France n’a plus de politique, plus aucun cap, et de moins en moins d’espoir de trouver un chemin de sortie de crise.

"La Trahison des Clercs"….


raspailHommage à Jean Raspail.

J’emprunte le titre de ce billet à un auteur, aujourd’hui oublié, qui eut un temps de succès pendant les années noires du Communisme , que les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas connues, et que les moins jeunes ont trop tendance à oublier, mais qui depuis est tombé dans l’oubli.

La Trahison des clercs est un ouvrage de Julien Benda paru initialement en 1927 et réédité en 1946 avec une longue préface de l’auteur.

"À une époque où de nombreux intellectuels et artistes se tournaient vers la politique au nom du réalisme, Julien Benda leur reproche de se détourner des vraies valeurs, c’est-à-dire la recherche du beau, du vrai, du juste, et qui sont pour lui statiques, désintéressées et rationnelles. Cet ouvrage vise plus particulièrement les intellectuels qui prônent l’ordre, un état fort, le nationalisme, les traditions…

L’anti-élitisme de l’auteur invite à la méfiance face aux idéologies et aux idéologues qui ont dominé le XIXe et le XXe siècle."

Je suis très loin de partager toutes les thèses de Benda, mais, le "relativisme"qui est l’antiène de nos "zintellectuels" d’aujourd’hui, conduit aux mêmes conclusions que celles que tirait Julien Benda de l’aveuglement des "idiots utiles" du Communisme stalinien.

Grâce à un ami fouineur, comme moi, à la recherche, dans les livres, de tout ce qui peut éclairer la confusion des temps que nous traversons, j’ai découvert ce texte de Jean Raspail.

Raspail !!! Non pas celui qui a donné son nom à un Boulevard bien connu des Parisiens, mais un auteur, aujourd’hui retiré de la scène littéraire mais dont l’oeuvre importante demeure, un auteur aux idées inflexibles, un auteur "droit dans ses bottes" qui fut critiqué, caricaturé par nos "zintellectuels" les "mieux-pensants", car ses analyses, ses essais, ses romans s’inscrivaient dans une ligne qui s’écarte de la "pensée correcte" de l’époque….

L’un de ses livres, dont je conseille vivement la lecture, "Le Camp des Saints", a été trainé dans la boue par tous ceux qui refusaient d’y voir un message prémonitoire.

Le texte qui suit est issu d’un article écrit par Jean Raspail, pour une revue à diffusion restreinte. Sans doute n’aurait-il pas obtenu "l’imprimatur" dans un médias de grande diffusion. Et l’on comprendra pourquoi…..

Je le cite:

"J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé. Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile. C’est pourtant l’interrogation capitale.
J’ai hésité.
D’autant plus qu’en 1973, en publiant "Le Camp des saints", j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites . Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié – la plus âgée – de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer(1).
La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort.
Les avertissements ne manquent pas – rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’Ined pousse à la désinformation. Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque.
Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.
Ne désespérons tout de même pas.
Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités , peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération.
Cela ne leur sera pas facile.
Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte – je cherche un terme approprié – d’une communauté de la pérennité française .
Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore.
Cela ne plaira pas.
Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés.
Et ensuite ?
Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom.
Ce processus est déjà amorcé.
Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de "reconquista" sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus.
Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné.
Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr.
Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’ éternelle qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé.
Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’Etat (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.
Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot renégat, mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République.
Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure. Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde. Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République »
Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure : « Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie »
(Président Boumediene, mars 1974.)
Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse : " Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée". ( Fin de citation ).

A l’heure où les hésitations, les atermoiements, les lâchetés s’étalent devant nous face à la montée, lente, sournoise, mais continue des dangers qui menacent notre civilisation, il m’a semblé utile de soumettre ce texte à la réflexion des lecteurs de ce blog.

Et sachant que, désormais, sur internet, rien ne s’efface, et rien ne s’oublie, ce texte émergera un jour, lorsque ceux de ma génération auront disparu, afin que nul n’oublie que ce qui sera advenu des générations futures, était prévisible, et que la "trahison des clercs"a enveloppé de silence les cris d’alarme de ceux qui refusaient de fermer les yeux sur l’inconcevable….

PS.- Afin que nul n’en ignore :

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/08/video-le-groupe-terroriste-daech-vend-t-il-les-femmes-kidnappees-sur-les-marches/

http://www.lorientlejour.com/article/881140/-a-mossoul-700-femmes-yazidies-ont-ete-vendues-sur-la-place-publique-a-150-dollars-piece-.html

Statistiques WordPress.


Top des Visites de "Tempus Fugit", par Pays pour 7 jours précédant 2014-08-22 (résumé)

Pays Visites
Drapeau FranceFrance 957
Drapeau AlgérieAlgérie 34
Drapeau États-UnisÉtats-Unis 28
Drapeau EspagneEspagne 22
Drapeau AllemagneAllemagne 12
Drapeau BelgiqueBelgique 11
Drapeau LuxembourgLuxembourg 6
Drapeau Royaume-UniRoyaume-Uni 6
Drapeau CanadaCanada 5
Drapeau RéunionRéunion 4
Drapeau MarocMaroc 4
Drapeau SuisseSuisse 4
Drapeau BrésilBrésil 3
Drapeau Nouvelle-CalédonieNouvelle-Calédonie 2
Drapeau ItalieItalie 2
Drapeau PolognePologne 1
Drapeau IndonésieIndonésie 1
Drapeau AndorreAndorre 1
Drapeau RussieRussie 1
Drapeau LibyeLibye 1
Drapeau MadagascarMadagascar 1
Drapeau TunisieTunisie 1
Drapeau MaliMali 1
Drapeau ArgentineArgentine 1